Fièvre des polymères après fartage intensif de snowboards en milieu confiné : 3 observations

F. Testud, S. Sabouraud, F. Lecoq-Jammes Archives des maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2010, vol.71, n°6, pp.925-930 Bibliographie.
Trois moniteurs de snowboard, fumeurs, âgés de 29, 36 et 39 ans ont procédé au fartage des planches de jeunes compétiteurs avant une épreuve de la coupe de France.
Le fartage est destiné à combler les irrégularités de la semelle de la planche et surtout à améliorer la "glisse". Il est fait appel pour cette opération à de la paraffine, additionnée de résines fluorées et/ou siliconées, appliquée le plus souvent à chaud.
Les trois entraîneurs ont farté une vingtaine de planches dans un espace clos de 20 m² en trois quarts d’heure, tout en fumant. Un peu moins de 2 heurs après le début du fartage, un premier moniteur se plaint d’oppression thoracique, de frissons, de fatigue, de céphalées, de tremblements des membres, de dyspnée, de toux, symptômes qui gagnent les deux autres moniteurs rapidement. Ils sont adressés aux urgences de l’hôpital et le diagnostic de fièvre des polymères est porté. Oxygénothérapie et antipyrétiques sont administrés. L’évolution est très rapidement favorable.
Ces opérations de fartage pratiquées très couramment dans le milieu du ski et du snowboard sont habituellement sans conséquence sanitaire car les fers à farter n’atteignent pas la température critique où les résines se décomposent.
En ce qui concerne les trois moniteurs, les conditions d’exécution de ce fartage ont favorisé l’accident : local réduit sans ventilation, grandes quantités de farts fluorés appliquées sur un court laps de temps et surtout tabagisme concomitant. Au contact de la cigarette, les microparticules de résine fluorée se sont décomposées et le fumeur a inhalé l’ensemble des produits de dégradation.
La prévention de tels accidents repose sur la ventilation du local, l’utilisation d’un fer dédié (ne pouvant pas dépasser 200 °C afin d’éviter la dégradation des polymères fluorés), et l’abstention formelle de fumer pendant et après l’opération.
(publié le 14 mars 2011)