Les smartphones au travail : un bien ou un mal ?

Prevent Focus, 2012, avril, pp.4-8
Les smartphones ont opéré ces dernières années une percée remarquable (en 2010, 1/3 des téléphones vendus étaient des smartphones), mais ne progressent pas au détriment de la consommation d’autres médias, au contraire.
Différentes études ont déjà insisté sur les facteurs de stress lors de l’utilisation de technologies portables au travail et sur les risques de santé liés à l’ergonomie des situations de travail (clavier et écran de petite taille, lisibilité de l’écran non optimale, inadéquation de la position assise, sollicitation forte des pouces lors de l’envoi des SMS, mais aussi des mains, des bras, du cou ou des épaules). Ces nouvelles technologies sont considérées comme une ressource indispensable mais aussi source possible de stress et de surcharge. En effet, les utilisateurs de smartphones travaillent 10 jours de plus par an et 20% les laissent allumés pendant le week-end, estimant devoir être constamment disponibles.
A contrario, ils apprécient la flexibilité (63% affirment être plus efficaces s’ils peuvent déterminer eux-mêmes où et quand ils travaillent).
Sur le niveau de stress, le fait de choisir librement le moment où l’on travaille ne semble pas avoir d’influence. 70% disent travailler plus quand leur horaire est flexible et seuls 6% voudraient travailler moins ; 17,6% sont disposés à travailler plus.
Du fait des possibilités d’adaptation accrues, les tâches sont plus exigeantes. Or, les longues journées de travail combinées aux exigences professionenlles élevées, sont à terme destructrices.
Les employeurs doivent donner des instructions claires concernant l’utilisation en dehors de l’entreprise et notamment sur la voie publique, la protection des données de l’entreprise étant fondamentale.
Des mesures préventives sont indispensables en ce qui concerne la sécurité au travail (interdire l’utilisation du smartphone lors de la conduite où dans les endroits où existent des risques d’explosion), de santé au travail (limiter la durée d’exposition en dehors des heures de travail, lors des repas ou des réunions et limiter l’utilisation contre l’oreille), de charge psychosociale (risque d’isolement social), d’ ergonomie (préférer l’ordinateur pour l’envoi des mails), d’hygiène (le smartphone accompagnant partout son utilisateur, il convient de le nettoyer et de le désinfecter régulièrement).
(publié le 14 juin 2012)