21 novembre 2019, Bobigny

18 ème Journée de pathologies professionnelles de la Seine Saint-Denis
Adapter qui ? Adapter quoi ?

Lieu : UFR Santé, médecine et biologie humaine, Amphithéâtre Montaigne 74 Rue Marcel Cachin, Bobigny

L’adaptation du travail à l’homme est un principe fondamental dans le domaine de la prévention des risques professionnels, de l’ergonomie et finalement de l’organisation du travail. Son application reste cependant soumise aux aléas des situations et des enjeux industriels, économiques et sociaux.
Ces adaptations sont à la discrétion de l’employeur qui est cependant soumis à l’obligation légale de résultat en matière de sécurité. Pour autant, elles ne se résument pas à la sécurité, à l’hygiène ou à l’absence de maladie, comme a pu le montrer l’expérience des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail.
C’est une démarche continue d’amélioration globale des postes de travail et/ou des qualifications professionnelles en rapport. C’est aussi une gestion des carrières prenant en compte l’évolution des compétences, les effets du vieillissement et des aléas de santé.
Pourtant, le nombre de salariés terminant leurs carrières sans emploi, pour raison de santé, est une des conséquences concrètes de certaines politiques de gestion des ressources humaines. Elles reposent sur la promotion de la polyvalence, de la flexibilité, de la performance, de l’évaluation des capacités et de leur acceptation.
Des travaux récents ont montré que les transformations profondes du droit du travail sont à l’origine de l’émergence d’un nouveau modèle, avec un risque "d’une dilution des enjeux liés à la santé au travail dans une approche (par trop) globale". Une modification de sens de certains objectifs de prévention pourrait en résulter, suscitant inquiétudes et interrogations. Celle du risque de glissement de l’adaptation du travail à l’homme à celle de l’homme au travail, pourrait en être une traduction.
La seule démarche médicalement et socialement acceptable consiste à évaluer les contraintes et les exigences des postes en vue de leur réduction appropriée à la situation du salarié. Elle doit être permanente et valorisée aussi bien pour la prévention primaire, secondaire que tertiaire, de façon à éviter, en même temps, l’altération de la santé du fait ou à l’occasion du travail et la désinsertion sociale et/professionnelle.

Programme :

PDF - 857.7 ko

Bulletin d’inscription

PDF - 857.7 ko