SVP 50 : Santé et vie professionnelle après 50 ans

Enquêtes réalisée en 2003 Liliane BOITEL, Fabienne BARDOT, Marie-Claire BARDOUILLET, Claude BUISSET, Marie-Josèphe CASTEL, François JABOT, Gilbert JUILLARD, Anne-Françoise MOLINIÉ, Jean-Louis POMMIER, Philippe PRESSEQ, Serge VOLKOFF

Résumé

Le vieillissement de la population active est devenu un problème de société et une préoccupation partagée par de nombreux préventeurs. La génération du baby-boom d’après-guerre est devenue celle du papy-boom, population nombreuse de quinquagénaires qui approche de l’âge de la retraite. Alors que les médias se font périodiquement l’écho des problèmes de financement des retraites futures, les études faisant le point sur les causes de sortie de l’emploi, pour des raisons autres qu’économiques, font cruellement défaut.

Pendant un certain nombre d’années, l’incitation au départ anticipé, avant 60 ans, a été une mesure sociale importante dans le traitement du chômage. Avec l’extinction progressive des dispositifs permettant ces départs anticipés, les perspectives des quinquagénaires sont en train de changer ; la proportion de ceux qui devront travailler au moins jusqu’à 60 ans augmente, d’autres se posent la question de la réalité de leur départ à cet âge.

Les départs anticipés étaient le plus souvent des mesures d’ordre économique mais ils avaient aussi comme effets, parfois secondaires, d’apporter des solutions aux problèmes de salariés en mauvais état de santé ou fatigués par des conditions de travail pénibles, passées ou présentes. En inversant les choses, ne va-t-on pas, au nom d’équilibres économiques, fragiliser la santé d’une tranche de population et accroître les inégalités existantes ? La CNAMTS s’est inquiétée de l’augmentation importante des arrêts de travail de plus de trois mois chez les plus de 55 ans. L’INSERM a stigmatisé les inégalités sociales de santé dans son rapport de 2000 et met en évidence une mortalité prématurée et d’importantes différences d’espérance de vie selon les catégories socioprofessionnelles.

Les médecins du travail, de leur côté, sont confrontés aux problèmes de fin de carrière des salariés de plus de 50 ans. Ils éprouvent de plus en plus de difficultés pour adapter les conditions de travail à « l’âge, la résistance ou l’état de santé physique et mentale » des salariés vieillissants.

Toutes ces raisons ont conduit les médecins du travail du groupe épidémiologie du département ASMT du CISME et des chercheurs du CREAPT-CEE à s’interroger sur la santé et la vie professionnelle des salariés de plus de 50 ans. Les relations professionnelles des chercheurs avec le Conseil d’Orientation des Retraites (COR)* ont permis d’obtenir une aide financière et un partenariat de qualité.

L’objectif de cette enquête a pu être ainsi défini :

Etudier :

  • les enjeux de santé et de travail des salariés de plus de 50 ans, quel que soit le secteur d’activité,
  • leur souhait de maintien ou de retrait du travail,

en explorant :

  • les conditions de travail passées et actuelles,
  • la représentation de la retraite,
  • leur état de santé.

Les résultats de cette enquête intéressent tous les acteurs de la vie en entreprise confrontés quotidiennement à ces questions, dont les médecins du travail eux-mêmes. Ils seront également destinés aux partenaires sociaux, aux décideurs institutionnels, au corps médical dans son ensemble, pour éclairer leur réflexion sur les fins de vie active.