Connaissances diététiques des salariés du secteur privé de l’île-de-france
quiz « Romdes » - Semaine Du Goût – Octobre 2008

Amélie ALEXIS, diététicienne, Sandra EDOUARD, diététicienne, Elodie ROY, psychologue, Jean-Pierre LAMANDÉ, médecin coordonnateur, ROMDES

Odile BOULADOUX, responsable administrative , Marie-Dominique LOTHORÉ, médecin du travail, Jacques ALCOUFFE, médecin du travail, Pierre-Yves MONTÉLÉON, Conseiller Technique du Comité d’Etudes Epidémiologiques, ACMS

Résumé

Le Réseau obésité essonnien ROMDES (Réseau Obésité Multidisciplinaire d’Essonne et Seine et Marne) et l’ACMS ont mené une enquête sous la forme d’un quiz sur la nutrition.

Objectifs

  • Identifier, parmi les principes généraux de la diététique, les domaines les moins bien connus par les salariés dans le but de dégager des priorités pour l’élaboration de plaquettes d’information.
  • Évaluer le niveau de compréhension des messages de santé publique et publicitaires concernant la diététique.
  • Décrire la répartition des connaissances diététiques selon le sexe, l’âge et l’indice de masse corporelle (IMC).

Méthode
Le quiz était composé de 20 propositions « vraies » ou « fausses » recouvrant 10 thèmes de nutrition. Il était proposé aux salariés vus en visite médicale par les médecins de l’ACMS, pendant la semaine du goût 2008.

Résultats
Au total, 7 148 questionnaires ont été analysés. L’âge moyen des salariés était de 36 ans. Il y avait 47 % de femmes et 53 % d’hommes. L’IMC moyen était de 24,2.
Le score global moyen obtenu par les salariés était de 10,7 sur 20. Personne n’a obtenu le score 0, seules 4 femmes ont fait un sans faute. Les deux tiers des répondants ont obtenu un score supérieur ou égal à la moyenne. Il existe une différence significative entre les réponses des hommes et des femmes, celles-ci étant plus nombreuses à obtenir un score élevé.
Le quiz utilisé dans notre étude n’est pas un test de connaissances sur la diététique (trop court et superficiel) mais un dépistage collectif visant à identifier les thèmes les moins bien connus. Il permet une évaluation du niveau de compréhension de messages à diffusion large et de niveau de croyance de certaines idées reçues.
Il apparaît qu’aucun des dix thèmes abordés ne semble maîtrisé. Le score sur l’activité physique, thème pourtant le mieux connu, ne dépasse pas 50 % de « bonnes » réponses.

Conclusion
Notre objectif était d’identifier les priorités pour développer des outils d’information et de sensibilisation en diététique. Trois thèmes méritent une attention particulière : « alimentation et obésité », « le sucre » et « le comportement alimentaire ’.
Il en est de même pour deux messages. L’un de santé publique, largement diffusé, « consommer au moins 5 fruits ou légumes par jour » est mal compris. L’autre, publicitaire, arguant de qualités amaigrissantes de certaines eaux est, lui, à tort, bien intégré. Il sera nécessaire de prendre en compte ce constat pour l’élaboration de ces outils.
Après leur diffusion auprès des publics respectifs de ROMDES et de l’ACMS, nous envisageons de renouveler cette étude dans les mêmes conditions, avec le même questionnaire. Ceci afin de mesurer l’impact de nos actions.