Prise en charge des troubles de l’olfaction

Dottore Lucio MACIExpert ORL des Centres de Médecine Légale de l’I.N.A.I.L. (Istituto Nazionale d’Assicurazione degli Infortuni lavorativi)* de Tarante, Lecce et Brindisi.* (équivalent italien de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, section Accidents du Travail) Via Umberto I, 2873012 Campi Salentina (Le) Tel. 0832-791434, Cell. 333-1291700 Courriel : luciomaci@inwind.it

Résumé

Bien que la perception olfactive soit limitée chez l’homme par rapport à celle des animaux, l’olfaction est fondamentale dans la vie de tous les jours. Elle s’avère utile dans la perception des odeurs en association au goût, dans la vie sociale (nourriture, parfums etc...) et dans la perception des signaux de danger (gaz, odeur de brûlé). Il est facile d’imaginer la sensation « d’isolement » et l’impact sur la qualité de vie, en particulier dans les activités du quotidien, d’un sujet anosmique. L’exploration et l’expertise du dommage de l’organe de l’olfaction apparaissent encore très complexes. Il est souhaitable d’acquérir rapidement la disponibilité, la minutie et l’accessibilité à des tests fonctionnels olfactométriques standardisés et validés pour que l’identification « objective » des dommages sur la fonction olfactive soit possible. Dernier point, mais non des moindres, il est nécessaire d’instaurer une liaison étroite entre médecins hospitaliers, médecins des organismes de réparation, médecins traitants et médecins du travail.

Abstract 

MANAGEMENT OF OLFACTORY DISORDERS

The human sense of smell is not as acute as that of many animals. Nevertheless, olfaction is fundamental to our everyday life. The perception of smell, in association with taste, is particularly important in social situations (e.g. food, perfume) and in the perception of danger (gas, burning). It is easy to imagine the feeling of ’isolation’ and the impact on the quality of life, especially in carrying out daily activities, of an anosmic subject. The examination and diagnosis of defects in the olfactory organ remain highly complex. It would be valuable to have rapid access to standardised and validated olfactometric functional tests to make possible ’objective’ identification of functional defects in olfaction. Equally important is the need to establish tight links between hospital physicians, health insurance doctors, GPs and occupational health practitioners.