Des données pour orienter nos actions en santé au travail : ÉGALITÉ OU ÉQUITÉ ?

Bernard GAÏSSET* et Gilles LECLERCQ**

* Directeur Général de l’ACMS
** Directeur du Service Médical de l’ACMS

Résumé

Egalité ou Equité ? Si cette question se pose en permanence aux structures chargées d’une mission d’intérêt général, elle prend désormais une acuité particulière pour les services interentreprises de santé au travail du fait de la pénurie croissante de médecins du travail.

L’efficacité commande alors de privilégier les actions les plus en rapport avec leur mission spécifique et à mettre l’accent sur la prévention primaire, ce qui conduit à déterminer des priorités tant pour les actions en milieu de travail que pour les examens médicaux.

Pour les actions en milieu de travail, l’accent semble devoir être mis sur l’aide à l’évaluation des risques dans les TPE et PME. Dans ce domaine, d’autres intervenants en santé au travail (IPRP et assistants techniques) peuvent très utilement compléter, voire compenser, les actions en milieu de travail que les médecins du travail peuvent de moins en moins souvent assurer.

En ce qui concerne les examens médicaux, certaines populations doivent être suivies très régulièrement. Il en est ainsi des salariés exposés aux risques professionnels les plus importants et des populations les plus fragiles, que cette fragilité soit liée à un état physiologique, à une pathologie ou à un handicap permanent ou temporaire. Certains examens tirent leur importance du fait qu’ils se situent à des moments particuliers soit de la vie professionnelle (embauche, changement de poste), soit du parcours de santé (visites de reprise). Les examens à la demande du salarié, de l’employeur, ou du médecin du travail lui-même, ainsi que les examens de pré-reprise doivent également être privilégiés en particulier pour éviter la désinsertion professionnelle.

Enfin se pose la question de la délégation des tâches pour les activités cliniques. Aller plus loin dans cette logique suppose des aménagements de la réglementation et des règles déontologiques. Il pourrait alors être utile de s’inspirer d’une réflexion de la profession, conduite au sein des Commissions Médico-Techniques, et des résultats de conférences de consensus permettant l’élaboration de protocoles de suivi validés par la Haute Autorité de Santé.

Abstract 

Equality or Equity ? If this question constantly confronts organisations assigned to enquiries of general interest, it has become particularly pertinent for internal company health services because of the increasing lack of occupational physicians.

For the sake of efficiency, activities directly related to their specified duties should be privileged and the emphasis should be on primary prevention, which means prioritising the services provided as much in the workplace as for medical examinations.

It appears that the role in the workplace should focus on helping to evaluate the levels of risk in small and medium sized companies. In this area, other company employees involved in healthcare (risk specialists and technical assistants) can complete or carry out tasks that company doctors are less and less able to fulfil.

Regarding medical examinations, certain groups of people have to be monitored regularly. This is the case for employees exposed to high risk work and vulnerable groups, whether as a result of physiological state, illness or permanent or temporary handicap. Certain medical examinations are especially important because they are at particular points during a career (at recruitment, change of position) or during a health process (returning to work). Medicals at the request of the employee, the employer or the company doctor himself, as well as medicals before going back to work must be given priority to avoid professional exclusion. Finally, there is the question of delegating clinical activities. To take this idea even further means changing the legislation and codes of practice. It might, therefore, be useful to take inspiration from the ideas proposed by members of the profession taking part in Medico-Technical Commissions , and the results of ’think tanks’ leading to the elaboration of monitoring protocols validated by the Health Authority.