Avec une orange, tout s’arrange !

Prévention et rôle du médecin du travail

Alors que l’incidence et la prévalence de l’obésité s’accroissent dans les pays développés, les situations de carences vitaminiques n’en diminuent pas pour autant.
En la matière, le rôle joué par l’isolement social ou la précarité est déterminant.
L’évaluation du contexte familial, socioprofessionnel, des conditions de logement et des habitudes alimentaires est incontournable et doit trouver place à part entière dans l’entretien médicoprofessionnel.
L’ activité professionnelle influe sur les besoins alimentaires. L’examen attentif des conditions de prise des repas est par conséquent essentiel.

Les salariés isolés, précaires, les jeunes en cours d’étude travaillant en alternance, les femmes ou hommes seuls, veufs ou divorcés, constituent une population à risque au même titre que les migrants ou les retraités les moins favorisés ; la liste n’étant pas exhaustive.

Chez la femme enceinte ou allaitante, les besoins sont accrus et les apports recommandés sont de 60 à 120 mg par jour.

L’éthylisme, le tabagisme, les addictions aux drogues sont des facteurs de risque classiques de carence vitaminique d’autant qu’ils accroissent les besoins en vitamines.
De même, un mauvais état bucco-dentaire est de nature à aggraver la carence.

Outre le contexte socioprofessionnel, il est des situations médicales qui réclament une supplémentation en vitamine C parmi lesquelles :

  • l’hémodialyse, qui impose 100 à 200 mg par jour de vitamine C,
  • certaines chimiothérapies anticancéreuses notamment par les sels de platine qui justifient des doses journalières de plus de 500 mg de vitamine C,
  • le traitement de la tuberculose maladie,
  • l’existence de plaies, d’escarres, de difficultés de cicatrisation après intervention chirurgicale (polytraumatisme, chirurgie lourde).

Au plan préventif, l’apport convenable en vitamine C peut être obtenu grâce à une alimentation diversifiée comportant quotidiennement des végétaux crus ou peu cuits (cf. tableaux des teneurs en vitamine C de quelques fruits et légumes).

Teneur en vitamine C en mg pour 100 g

FRUITS
Goyave 275
Cassis 140
Kiwi 50 à 100
Fraise 60
Citron, orange 50
Pamplemousse 40
Groseille 30
Pomme, poire, raisin, abricot 5 à 15

Teneur en vitamine C en mg pour 100 g

LÉGUMES
Persil 200
Raifort 120
Chou de Bruxelles 100
Cresson 75
Tomate 30
Pomme de terre 17

Apports quotidiens recommandés

Adultes 100 mg
Fumeurs 150 mg
Femmes enceintes 110 mg
Femmes allaitantes 150 mg