Mission handicap

Une démarche conjointe, médecin du travail / assistante de service social

Point de départ de la collaboration

Ces deux accords visant à l’intégration ou au maintien dans l’emploi de personnes handicapées s’appuient sur sept axes principaux :

1/ Le management de la démarche mis en œuvre par :

  • le pilote national de la mission handicap et ses chargés de mission afin de coordonner les démarches de maintien dans l’emploi, sensibiliser l’intégration des salariés handicapés, mettre en place le référentiel d’évaluation et assurer le suivi ainsi que l’aide aux salariés dans leur démarche administrative ;
  • le Comité de pilotage composé d’acteurs Ressources Humaines régionaux et la Commission de suivi et de propositions qui intègrent trois représentants des organisations syndicales, veillent au respect des dispositions des accords et du suivi des résultats obtenus ;
  • des référents « mission handicap »inscrits sur la base du volontariat dans chaque magasin, qui accompagnent les salariés dans leur intégration.

2/ Des moyens financiers à la hauteur de la contribution Agefiph qui aurait été versée sans cet accord.

3/ Des actions de communication et supports techniques (plaquettes, vidéos, CD, guide pour l’emploi des personnes handicapées, guide du maintien dans l’emploi, guide pour collaborer, etc.).

4/ Le recrutement en contrat à durée indéterminée (CDI) ou en contrat à durée déterminée (CDD) d’au moins 6 mois, de personnes bénéficiant d’une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) et affectées prioritairement dans les établissements affichant un taux d’emploi de 0%. Des stages d’apprentissage ou des contrats de professionnalisation seront également proposés.

5/ Le maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap ou susceptibles de le devenir s’appuie sur :

  • le partenariat avec les services de santé au travail et le positionnement d’un médecin coordonnateur pour fédérer les médecins du travail, anticiper et harmoniser les pratiques de maintien dans l’emploi ;
  • le financement des aménagements de poste (études ergonomiques, appareillages, etc.) ;
  • l’aide au reclassement des salariés déclarés inaptes à leur poste par des bilans de compétences, VAE (valorisation des acquis de l’expérience) et formations ;
  • la formation des directeurs de magasin à la question du maintien dans l’emploi (reconnaissance du handicap, entretien professionnel, aménagement des horaires, etc.).

6/ La formation et l’évolution professionnelle

7/ Le soutien para-professionnel