Les rhinites professionnelles

La particule atmosphérique

La particule atmosphérique se définit comme « la suspension de particules, poussières, vapeurs dans l’air présent dans un milieu déterminé, de travail, citadin, etc..) ».
La particule inhalée dans les voies aériennes se dépose de quatre manières différentes selon ses dimensions, sa forme, sa densité et la vitesse du flux aérien (15).

  • Par interception : la particule est interceptée ou déposée quand elle voyage ainsi près de la surface des voies aériennes en les touchant et en y restant attachée.
  • Par impact : la particule en suspension est inhalée selon le début du flux laminaire ; chaque ’anse’ dans les premières voies aériennes, un éperon ou une crête ou une déviation de la cloison nasale, l´angle du rhinopharynx, l´épiglotte, les plis ary-épiglottiques les cordes vocales peuvent devenir un point d’impact selon la masse de la particule même et la vitesse du flux en ce point.
  • Par sédimentation : la force de gravité et la résistance de l’air invitent la particule à se déposer en général dans les basses voies aériennes.
  • Par diffusion : le mouvement brownien des particules plus petites au niveau des bronchioles ou des alvéoles donne un dépôt éventuel. La particule inspirée et déposée, sera expulsée par l’expiration suivante (ou moins aisément par une quinte de toux) ou ingérée par la déglutition.

Les voies aériennes proximales sont concernées par les particules qui se déposent par interception et par impact.