Repérage des activités de soudage dans les entreprises d’un service de santé au travail d’Île-de-France

Docteurs Régine Codron, Christophe Chaney, Victoria Mora, médecins du travail, ACMS
Docteurs Patrice Manillier, Jacques Alcouffe, médecins du travail, membres du Comité d’Etudes Epidémiologiques de l’ACMS,
Pierre-Yves Montéléon, conseiller technique du Comité d’Etudes Epidémiologiques de l’ACMS

Cet article fera l’objet d’une communication affichée lors du 32e Congrès National de Médecine et Santé au Travail, Clermont-Ferrand, 5-8 juin 2012.

Résumé

Objectif

Recensement des activités de soudage dans les entreprises suivies par le service de santé au travail.

Méthode

En 2011, pendant trois semaines, 13 médecins du travail ont complété un questionnaire par établissement pratiquant, à leur connaissance, des activités de soudage.

Résultats

Les 102 établissements inclus, de toutes tailles et de tous secteurs d’activité, employaient au total 6 409 salariés dont 546 étaient concernés par les activités de soudage. Les métiers les plus fréquemment concernés étaient les activités de maintenance (35,3 %) et les métiers de l’automobile (33,3 %).
Dans notre échantillon, le soudage avec flamme prédomine (80,4 % des établissements), notamment au chalumeau oxy-acétylénique (75,5 %). Le soudage sans flamme concerne 72,5 % des établissements et les trois types les plus représentés sont : TIG, MIG, MAG (38,2 %), à l’arc (37,2 %) et par résistance (20,5 %).
La protection collective était considérée, par le médecin enquêteur, comme adaptée dans 20 des 22 établissements, où elle avait été mise en place. Les équipements de protection individuelle étaient présents dans 92 établissements et avaient été jugés adaptés par le médecin enquêteur dans 93,4 % des établissements.
La prévention avait été jugée satisfaisante par le médecin enquêteur dans 54 établissements (52,9 %).

Discussion

La participation à ce recensement des activités de soudage a été faible malgré la simplicité du protocole et du questionnaire. Cependant, nos résultats nous permettent d’estimer qu’en moyenne chaque médecin de l’ACMS surveille de 1 à 3 % de salariés effectuant des activités de soudage.
Certains établissements sont facilement repérables lorsque leur activité principale sous-entend le soudage, en particulier dans des petites structures de moins de 20 salariés. Notre échantillon met en évidence les métiers de l’automobile et les métiers de la maintenance qui sont ubiquitaires. Il faut donc s’attacher à rechercher le soudage quel que soit le domaine d’activité de l’entreprise.
Une protection collective n’a été retrouvée dans notre échantillon que dans un établissement sur cinq, les équipements de protection individuelle étaient présents neuf fois sur dix et malgré tout la prévention mise en place n’apparaissait satisfaisante qu’une fois sur deux.

Conclusion

Le recensement des activités de soudage a montré que le soudage est ubiquitaire et qu’il faut le rechercher systématiquement. Les activités de soudage peuvent concerner jusqu’à 3 % des effectifs suivis par un médecin du travail. La mise en œuvre des moyens de prévention des risques liés au soudage n’est apparue satisfaisante que dans la moitié des cas

Abstract  

Identification of welding activities in the companies followed by an occupational health service in Ile de France

Objective

To identify welding activities in the companies followed by the occupational health service.

Method

Over a three-week period in 2011, 13 occupational health physicians completed a questionnaire for each of the establishments they knew to be engaged in welding activities.

Results

The 102 establishments included in the study were of all sizes and engaged in all sectors of professional activity. They had a total of 6409 employees, 546 of whom were involved in welding activities. The professions most frequently encountered related to maintenance activities (35.3%) and car mechanics and production (33.3%).

Gas-flame welding techniques predominated in our sample (80.4% of the establishments), with oxyacetylene welding particularly common (75.5%). Other types of welding were used at 72.5% of the establishments, with three principal types noted : tungsten inert gas (TIG) welding, metal inert gas (MIG) welding and metal active gas (MAG) welding (38.2%), by either arc-based (37.2%) or resistance (20.5%) techniques.

The collective protective measures were implemented in 22 establishmetnts and they were considered, by the investigating doctor, to be appropriate in 20. Individual protective equipment was provided at 92 establishments and was considered appropriate, by the investigating doctor, at 93.4% of these establishments. The investigating doctor considered overall prevention measures to be satisfactory at 54 establishments (52.9%).

Discussion

Participation in this survey of welding activities was low despite the simplicity of the protocol and the questionnaire. However, our results suggest that, on average, 1 to 3% of the workers monitored by each ACMS doctor are engaged in welding activities.Some of the establishments with welding activities are easy to identify because their principal activity involves welding. This is particularly true for small structures with less than 20 employees. However, our sample also identified workers in the automobile sector and maintenance workers in particular, and such jobs are ubiquitous. Welding activities should therefore be checked for whatever the domain of activity of the company concerned. No collective protection was found at one in five of the establishments included in our sample. Individual protective equipment was provided at nine in ten of the establishments. Nevertheless, the prevention measures in place were considered satisfactory at only one in two of the establishments studied.

Conclusion

This survey of welding activities showed that welding is a ubiquitous activity that should be checked for systematically. Up to 3% of the workers followed by an occupational health physician may be involved in such activities. The implementation of preventive measures against the risks associated with welding was considered satisfactory at only half the establishments studied.