Tapissier décorateur : un métier d’art..... mais pas seulement

Les conditions de travail

Les lieux d’activité

Le tapissier travaille essentiellement en atelier.
Il peut être amené à se rendre chez le client pour estimer le travail à réaliser, établir un devis et poser les éléments de décoration achevés. Il peut ainsi intervenir dans des lieux prestigieux comme des châteaux, des hôtels particuliers, des maisons bourgeoises, des yachts privés... mais aussi et plus simplement chez des particuliers.
De ce fait, les tâches sont différentes selon le lieu.

Le tapissier d’ameublement peut travailler seul ou en équipe.
Ce métier longtemps réservé aux hommes, commence à se féminiser.

Les outils et équipements

Le tapissier utilise un certain nombre d’outils :

  • des aiguilles : aiguille courbe et carrelet courbe (la différence entre les deux se situe dans le sens du chas), et des aiguilles droites : carrelet courbe, carrelet droit à une pointe, carrelet droit à deux pointes,
  • un chasse-clou,
  • des paires de ciseaux : ciseaux de garnisseur, ciseaux pour tissu, ciseaux à papier,
  • un ciseau à bois,
  • un ciseau à dégarnir coudé,
  • des houseaux qui sont de grosses épingles qui servent à appointer les tissus avant la fixation définitive,
  • un maillet en bois,
  • des mètres : pliant, double, ruban,
  • un pied de biche pour garnisseur,
  • des marteaux de tailles différentes en fonction du travail à réaliser dont un marteau spécifique de tapissier appelé ramponneau qui peut être aimanté pour plus de facilité (la tête de la semence est maintenue par l’aimant ; ce qui permet de tenir le tissu de l’autre main),
  • des râpes à bois,
  • des semences qui sont de petits clous à tête plate,
  • un tire-sangle ou une tenaille à sangler ou un tendeur de sangle,
  • un tire-crins,
  • un émerillon destiné à détendre les tresses de crin serrées afin de pouvoir mieux les carder,
  • une pointe à romaine ou tournevis de lits.

Pour matériels, il utilise, entre autres :

  • des chevalets ou tréteaux qui peuvent se placer très près l’un de l’autre, position indispensable pour certains travaux. La partie supérieure de ces chevalets ou tréteaux est creusée afin de garantir la stabilité du siège qui sera posé dessus. Un rembourrage est disposé au dessus afin de pouvoir y retourner un siège, tout en le protégeant, pour en exécuter les finitions,
  • un tabouret d’atelier qui est utilisable sur trois côtés, chacun de hauteur différente afin d’être toujours correctement placé par rapport au travail à effectuer.

Produits et matériaux

Le tapissier décorateur utilise toutes sortes de tissus, et de nombreux matériaux comme le cuir, le crin, la laine, la mousse...

  • crin végétal, d’origine végétale constitué de la feuille de palmier nain,
  • crin animal, constitué de crinière et de queue de cheval,
  • celancrin, d’origine végétale, constitué de feuille de cocotier,
  • laine constituée de poils de mouton,
  • plumes et duvets, de poules, oies, canards,
  • kapok, d’origine végétale constitué de graine de fromager,
  • molleton, en toile de coton,
  • ouate coton, polyester, coton et polyester,
  • mousses polyester, (marque Bultex, latex), constituées de matière souple chimique ;

et enfin, pour la fabrication des garnitures, la couverture des sièges et la couture : des cordes à guinde (en chanvre ou nylon), ficelles à piquets (en lin ou polyester) et du fil à coudre.