Connaissances des salariés à propos des services de santé au travail

Pascal-Pierre FAU-PRUDHOMOT (1), Patrice MANILLIER (1), Marie PALLUEL (2), Marie-Laure SANCHEZ-BRECHOT (1)
(1) Médecin du travail ACMS
(2) Collaborateur Médecin ACMS

www.acms.asso.fr

Résumé

Les dispositions législatives des années 2011 et 2012 ont modifié les modalités de prise en charge des salariés par les Services de Santé au Travail (SST). Ce nouveau contexte d’exercice est-il connu des salariés dont nous assurons le suivi ?
Pour évaluer leur savoir, nous avons réalisé une enquête transversale descriptive au moyen d’un auto-questionnaire anonyme proposé à tous les salariés, quel que soit le motif de leur visite, pendant trois mois sur les secteurs géographiques de Boulogne et d’Issy-les-Moulineaux (Hauts de Seine) suivis par l’ACMS.
A partir du nombre de réponses exactes, nous avons construit des scores de connaissance avec une échelle de 0 à 100 et créé des néo-variables dichotomisées à la médiane correspondant à une « bonne connaissance » ou une « mauvaise connaissance ».
L’analyse multivariée a été conduite au moyen de régressions logistiques (logiciel SPSS®).
847 questionnaires ont été analysés.
Les meilleurs scores concernaient les connaissances des possibilités d’action du médecin du travail en entreprise (médiane égale à 71,4/100), celles portant sur la transmission du dossier médical (66,7/100) ou sur les actions du médecin du travail lors de la visite médicale (63,6/100). Les moins bons résultats se rapportaient aux connaissances sur les différents types de visites médicales (38,5/100) et sur la composition du personnel des SST (30/100).
Plus de la moitié des salariés interrogés (51,5%) manifestait une attente particulière par rapport à la visite médicale : 42,8% attendaient un avis d’aptitude, 11,7% un conseil médical, 7,8% une écoute, 3% des informations professionnelles, 1,6% un conseil social. La nature de ces attentes était corrélée au motif de la visite du jour.
L’analyse multivariée a montré une nette relation entre la bonne connaissance des possibilités d’action du médecin du travail lors de la visite médicale et en entreprise et le nombre de visites médicales antérieurement passées.
Cette étude a permis d’objectiver des relations perçues de façon intuitive : les facteurs jouant un rôle essentiel dans la connaissance et les attentes des salariés sur les moyens et missions des SST sont, selon toute logique, l’expérience acquise par la répétition des visites ainsi que les besoins immédiatement liés à la situation de santé au travail. Mais l’analyse détaillée des résultats a aussi montré la persistance de croyances erronées qui pourraient être corrigées par une communication plus large et plus systématisée.

Abstract 

New laws passed in 2011 and 2012 modified the procedures for the management of employees by the occupational health services (French acronym, SST). Are the employees we monitor aware of these new changes?
We conducted a descriptive cross-sectional survey with an anonymous self-administered questionnaire. All employees followed by the ACMS were asked to complete this questionnaire, regardless of the reason for their visit, during a three-month period in the Boulogne and Issy-les-Moulineaux, (Hauts de Seine) sectors.
We used the numbers of correct responses to construct knowledge scores, on a scale of 0 to 100, and created new dichotomous variables (good knowledge/poor knowledge), using the median score as the threshold value. Multivariate analysis was performed by logistic regression analysis (SPSS® software).
We analysed 847 questionnaires.
Scores were highest for knowledge of the possible actions of company doctors (median: 71.4/100), the transmission of medical records (66.7/100) and the role of occupational physicians during medical visits (63.6/100). Scores were lowest for knowledge about the different types of medical visits (38.5/100) and the composition of the staff of the SST (30/100).
More than half the employees questioned (51.5%) had particular expectations regarding medical visits : 42.8% wanted to obtain a certificate of aptitude for work, 11.7% wanted medical advice, 7.8% wanted a sympathetic ear, 3% wanted professional information and 1.6% wanted social advice. The nature of these expectations was correlated with the reason for the visit.
Multivariate analysis showed a significant relationship between a good knowledge of the possible actions of company doctors during medical visits and the number of previous medical examinations attended.
This study has provided objective support for intuitive relationships : the factors governing the understanding and expectations of employees concerning the resources and objectives of the SST were, as expected, prior experience through repeated visits and needs immediately related to health in the workplace.
However, detailed analysis of the results also showed the persistence of erroneous beliefs that could be corrected by broader and more systematic communication.