Caractéristiques des accidents du travail dans une entreprise sénégalaise de bâtiment et travaux publics (BTP)

SA DIA(1), AS MOHAMED(2), EO NDOYE(1), YA AGBOBLI(3), YN JOUGA(4), A DIABY(5), MC GAYE-FALL(1), MM SOUMAH(1), ML SOW(1)

1) Service de Médecine légale et Médecine du travail ; Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontologie - Université Cheikh Anta Diop de Dakar. BP 5435 Dakar Fann, Sénégal.
2) Médecin du Travail, Centre de Santé des HLM de Dakar.
3) CHU Campus de Lomé au Togo.
4) Médecin du Travail, SENELEC Dakar, Sénégal.
5) Institut de population, développement et santé de la reproduction (IPDSR), Université Cheikh Anta Diop, Dakar-Fann, Sénégal.

Auteur correspondant
e-mail : azhar1er@gmail.com (Azhar Salim MOHAMED)

Résumé

Introduction : Les entreprises du bâtiment et travaux public (BTP) occupent une place importante dans le monde industriel. Le travail dans ce secteur est largement reconnu comme accidentogène. Dans notre contexte, les informations sur les accidents du travail (AT) dans ce secteur sont quasi-inexistantes.
Méthodologie : Nous avons mené une étude rétrospective et descriptive sur une période de cinq ans, de 2010 à 2014, dans une société sénégalaise de BTP certifiée ISO leader dans son domaine. Ont été inclus tous les AT déclarés à la Caisse de Sécurité Sociale (CSS) sénégalaise durant notre période d’étude. Le recueil des données a été fait selon un modèle imprimé de la fiche officielle de déclaration des AT au niveau de la CSS sénégalaise. Les aspects sociodémographiques et professionnels des victimes et les caractéristiques de l’accident ont été enregistrés.
Résultats : De 2010 à 2014, 221 cas d’AT ont été enregistrés et concernaient exclusivement des hommes. La tranche d’âge entre 31 ans et 46 ans était la plus touchée. La majorité des victimes de ces accidents avait un contrat à durée déterminée (CDD) soit 93,7 % (n = 207). La quasi-totalité des accidentés avait une ancienneté de moins de deux ans (91,8 %). Les ouvriers et les manœuvres étaient les plus touchés avec respectivement 54,7 % des cas (n = 121) et 36,6 % des cas. Selon le poste occupé, les manœuvres étaient les plus représentés avec 36,6 % des cas (n = 81) suivis des maçons, des menuisiers et des conducteurs d’engins. Les AT survenaient essentiellement dans les chantiers du bâtiment (53,4 %) et dans la matinée entre 8 heures et 12 heures (38 %). Près du tiers des accidents (30,3 %) était dû aux outils à main, suivis des matériaux de construction (18,1 %). Les lésions les plus fréquentes étaient des contusions et des lésions superficielles avec 34 % des cas, suivies des plaies ouvertes (23,1 % des cas) et des fractures (16,7 % des cas). La main était le siège de prédilection des lésions lors d’un AT avec 28,1 % des cas, suivie de la tête, du cou et de la face. La quasi-totalité des AT (96,8 %) avait entraîné un arrêt de travail. Sept cas de décès ont été notés dans notre série, soit 3,2 % des cas.
Conclusion : Dans notre contexte, la prévalence des AT n’est pas négligeable. Ils concernent le plus souvent des sujets jeunes sans ou avec peu d’expérience professionnelle. Ces AT sont à l’origine de diverses lésions et occasionnent par la suite un arrêt de travail, une incapacité, voire un décès. Des programmes de prévention des risques (formation en matière de sécurité, promotion de l’usage des EPI et gestion des incidents en milieu du travail) doivent être mis en œuvre.

Abstract: “Characteristics of work-related accidents in a Senegalese company of Buildings and Public Works”  

Introduction: Building and public works occupy an important place in the industrial word. Work in the construction industry is widely recognized as having high rates occupational accidents (OA). In our context, information’ OA in this sector is almost nonexistent.
Methods: We conducted a retrospective and descriptive study over a period of five years, from 2010 to 2014, in a Senegalese construction company certified ISO, leader in its field. All OA reported to the Senegalese Social Security System were included during our study period. Data collection was done according to a model of declaration form’ OA of the Senegalese Social Security System. Socio-demographic and occupational aspects of victims’ OA and characteristics of the injury were recorded.
Results: From 2010 to 2014, 221 cases of occupational accidents were recorded and concerned exclusively men. The age group between 31 and 46 was the most affected. The majority of occupational accidents victim’ had a fixed-term contract in 93.7% (n=207). Almost all of the accident victims had a seniority of less than two years (91.8%). Construction’ workers and maneuvers were the most affected with 54.7% and 36.6%, respectively. According to the position held, the maneuvers were the most represented (36.6%) followed by masons, carpenters and machine operators. Occupational accidents occurred mainly at building sites (53.4%) between 8 am 12 am (38%). Nearly one third of injuries (30.3%) were due to hand tools, followed by building materials (18.1%). The most frequent lesions were contusions and superficial lesions with 34% of cases, followed by open wounds (23.1%) and fractures (16.7%). Hands were the seat of predilections lesions in an occupational accident with 28.1% of the cases, followed by the head, neck and face. Almost all occupational accidents (96.8%) resulted in a work stopping. Seven cases of death were recorded in our series, or 3.2% of cases.
Conclusion: In our context, the prevalence of OA is not negligible in the construction industry. They most often concern a man of young age and less experienced on a building site. These OA are the cause of various lesions and subsequently result in a work stopping, disability and even death. Risk prevention programs (safety training, promotion of the use of IPE and management of workplace incidents) must be implemented.