La presse en parle


Des cas autochtones de Zika en métropole

Le Généraliste, 25 octobre 2019
La Direction Générale de la Santé alerte que "deux cas vraisemblables autochtones d’infection à virus zika ont été transmis par le moustique Aedes albopictus dans le Var". Par ailleurs, des cas autochtones de dengue ont été identifiés depuis cet été dans les Alpes-Maritimes et le Rhône.
(publié le 28 octobre 2019)

Les objectifs de la campagne vaccinale 2019-2020 contre la grippe

Le Généraliste, 25 octobre 2019
Les objectifs affichés de la campagne 2019-2020 de la vaccination contre la grippe saisonnière sont :
  • les femmes enceintes (en 2016, seules 7,4% ont été vaccinées),
  • les jeunes seniors (la couverture vaccinale n’atteignait que 51%),
  • le personnel des établissements de soins : dans les Ehpad en 2018, 75,5% des médecins étaient vaccinés contre 43% pour les infirmiers, 26,7% pour les aides-soignants et 34% pour les autres paramédicaux.
(publié le 28 octobre 2019)

Augmentation du taux d’absentéisme et des arrêts longs

Le Quotidien du Médecin, 5 septembre 2019
Selon le baromètre Réhalto, le taux d’absentéisme dans les entreprises de plus de 50 salariés a progressé de près de 7% sur la période 2014-2018.
36% des salariés ont été arrêtés au moins une fois au cours des douze derniers mois. Ces salariés ont eu en moyenne 14,1 jours d’arrêt pendant cette période. Les arrêts supérieurs à 3 mois représentent 9% des arrêts.
Les taux d’absentéisme les plus importants concernent les ouvriers, les plus de 50 ans, les personnes du secteur de l’industrie et ceux qui ne bénéficient pas de télétravail.
Le médecin du travail reste l’interlocuteur privilégié pour les DRH pour parler arrêts de travail ; mais seuls 42% des DRH ont mis en place des actions spécifiques de prévention. Seule une entreprise sur 5 a mis en place un accord de télétravail alors que selon le baromètre, cette pratique divise par 2 ou par 3 le taux d’absentéisme des salariés.
(publié le 28 octobre 2019)

La vaccination antigrippale réduit le risque de décès chez l’hypertendu

Le Quotidien du Médecin, 30 septembre 2019
Lors du congrès de l’European Society of Cardiology (ESC), une équipe danoise a rapporté l’analyse des données d’un registre national portant sur près de 610 000 personnes hypertendues âgées de 18 à 100 ans, sur 9 saisons grippales de 2007 à 2016.
En moyenne, la vaccination antigrippale chez les hypertendus permet de réduire le risque de décès toutes causes de 18%, celui de décès cardiovasculaires de 16% et celui de décès par infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral de 10%.
Sachant que la couverture vaccinale variait selon les années de 26 à 30%, tous les espoirs sont permis.
(publié le 28 octobre 2019)

Lutte contre la désinformation en matière vaccinale

Le Quotidien du Médecin, 30 septembre 2019
" Le recul de la couverture vaccinale a conduit la Commission européenne et l’Organisation mondiale de la santé à organiser pour la première fois un sommet mondial sur le sujet".
1,5 million de décès dans le monde pourraient être évités si la couverture vaccinale était améliorée.
Au programme :
  • engagement politique fort pour assurer une couverture vaccinale optimale
  • développement de nouveaux vaccins
  • partenariat favorisé entre les différentes instances publiques et privées pour une stratégie plus efficace
  • recherche de financements
  • lutte contre les messages anti-vaccins et amélioration de l’attractivité des informations scientifiques.
(publié le 28 octobre 2019)

Tuberculose : en augmentation en Île-de-France

A Paris, 37% de cas supplémentaires de tuberculose ont été dénombrés en 3 ans et plus de la moitié des cas diagnostiqués sont des personnes nées à l’étranger et appartenant principalement aux classes d’âge 25-39 ans.
Les recommandations sont en cours d’actualisation. La feuille de route ministérielle vise deux objectifs principaux : réduire les inégalités territoriales et améliorer la qualité du suivi des personnes traitées, notamment pour les formes multirésistantes.
(publié le 28 octobre 2019)

L’activité contre le mal de dos : message reçu

Les Français sont "de plus en plus convaincus de l’importance de ne pas arrêter leur activité en cas de mal de dos" (qu’elle relève de la sphère privée ou professionnelle) "et de l’intérêt d’un retour rapide au travail pour prévenir les récidives".
"Les médecins généralistes privilégient de plus en plus les conseils et retardent la prescription d’arrêts de travail" qui est passée de 65% en 2017 à 46% en 2018 et 30% en 2019.
(publié le 28 octobre 2019)

Cigarette électronique : l’innocuité en question ?

En l’état actuel des connaissances, l’OMS juge difficile de recommander la vape comme une aide au sevrage. Les nombreuses pathologies pulmonaires liées au vapotage répertoriées aux États-Unis sont venues confirmer les craintes d’une toxicité pulmonaire aiguë bien que 75% de ces cas semblaient liés à un mésusage.
La Société européenne de pneumologie s’est prononcée contre l’usage de la e-cigarette, y compris dans une optique de sevrage. La Société de pneumologie de langue française se cantonne "dans une attitude de restriction drastique des situations dans lesquelles on peut tolérer son utilisation.
Si "tout le monde s’accorde sur le fait que l’e-cigarette ne peut être que moins nocive que la cigarette classique", il n’existe pas de preuve de son innocuité.
Si 700 000 fumeurs quotidiens ont arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique entre 2010 et 2017 et qu’une étude randomisée suggère que la vape serait deux fois plus efficace que les substituts nicotiniques, les pneumologues considèrent que ces données sont insuffisantes pour conclure.
Toutes ces incertitudes ne vont -elles pas conduire à une reprise du tabagisme ?, craint le Pr Dautzengerg.
(publié le 28 octobre 2019)

Non à la cigarette électronique

Le Généraliste, 11 octobre 2019
Lors de son dernier congrès annuel, la Société européenne de pneumologie s’est prononcée contre la cigarette électronique y compris pour le sevrage. " Une décision dictée par les potentiels effets pulmonaires de la e-cigarette, accusée aussi d’entretenir la dépendance à la nicotine".
(publié le 21 octobre 2019)

Faible enthousiasme des généralistes pour la téléconsultation

Le Généraliste, 13 septembre 2019
L’objectif des 500 000 téléconsultations remboursées que s’était fixé la CNAM la première année n’a pas été atteint, avec seulement 600 000 actes pris en charge.
Bien que le nombre ne cesse de croître, seuls 6% des omnipraticiens affirment avoir déjà coté un TC (acte de téléconsultation) depuis le 15 septembre 2018 et 82% des généralistes ne manifestent pas l’intention d’intégrer la téléconsultation à leur pratique quotidienne ; seuls 7% se disent prêts à investir.
Pour l’instant, les téléconsultations se concentrent majoritairement en région Île-de-France (avec 15% du total des actes réalisés à Paris).
(publié le 21 octobre 2019)

La prévention du cancer gastrique ?

Le Généraliste, 20 septembre 2019
"Une étude chinoise.... réaffirme l’efficacité d’un traitement contre Helicobacter pylori dans la prévention du cancer gastrique mais elle montre aussi qu’une supplémentation vitaminique (C,E, sélénium) et en ail diminue la mortalité de ce cancer".
(publié le 21 octobre 2019)

Le sport serait-il le secret de la longévité ?

Le Quotidien du Médecin, 5 septembre 2019
De nombreuses études sont concordantes sur le fait que "des niveaux élevés d’activité physique, quelle que soit l’intensité et un temps de sédentarité réduit sont associés à un risque significativement diminué de mortalité prématurée avec un effet dose-réponse non linéaire chez les adultes".
En sollicitant les muscles, l’activité physique contrecarre le phénomène de sarcopénie en ralentissant la perte de masse musculaire et augmente la capacité de l’organisme à utiliser l’oxygène par les muscles. Une bonne condition physique contribue aussi à prévenir le risque de chute.
L’important est de mettre de l’activité dans son quotidien. Plus tôt cela se fera dans la vie et plus les bénéfices seront grands ; néanmoins, il n’y a pas d’âge pour commencer.
L’explication ? L’activité physique réduit le raccourcissement des télomères (les extrémités des chromosomes), phénomène clé du vieillissement.
(publié le 21 octobre 2019)

Le mésothéliome pleural en hausse

Travail et Sécurité, septembre 2019
" Bien que l’interdiction de l’amiante date de 1977, un rapport émanant du programme national de surveillance du mésothéliome pleural (PNSM) fait état d’une augmentation du nombre de cas de mésothéliome pleural en France (en raison de l’effet différé entre la première exposition et l’apparition de la maladie) plus marquée chez les femmes (doublement du nombre de nouveaux cas annuels depuis 1998), avec une importante disparité géographique.
(publié le 30 septembre 2019)

Plus d’AVC chez les végétariens

Le Généraliste, 13 septembre 2019
Selon une étude portant sur plus de 48 000 personnes, vivant en Grande-Bretagne pendant 18 ans, les végétariens ont moins de risque de souffrir d’une cardiopathie ischémique que les consommateurs de viande, mais a contrario, il souffriraient d’un risque accru de 20% d’AVC en particulier ischémique.
(publié le 30 septembre 2019)

Des perturbateurs endocriniens omniprésents

Le Généraliste, 6 septembre 2019
Santé Publique France a répertorié la présence chez 100% des Français de six perturbateurs endocriniens avérés ou suspectés. A la demande du gouvernement, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a mission d’établir une liste de ces perturbateurs endocriniens et d’ expertiser au moins six substances en 2020 puis 9 par an à partir de 2021, afin de mieux informer sur leurs dangers potentiels.
(publié le 16 septembre 2019)