La presse en parle


La VLEP du styrène abaissée

Travail et Sécurité, janvier 2017
La valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) sur 8 heures du styrène a été abaissée à 100 mg/m3 (23,3ppm). Mais elle est pour l’instant indicative. Elle ne sera contraignante qu’au 1er janvier 2019 ; ce qui laisse le temps aux entreprises pour mener des actions visant à réduire l’exposition des salariés.
(publié le 8 mars 2017)

Qui peut pratiquer un test salivaire de dépistage de drogue ?

Prévention BTP, février 2017
Le Conseil d’État a estimé récemment qu’un supérieur hiérarchique était parfaitement habilité à pratiquer un test salivaire pour les personnes occupant des postes qui le justifient, dans la mesure où cette éventualité figure au règlement intérieur et que certains garanties y soient notées telles que la possibilité pour le salarié de faire effectuer une contre-expertise médicale à la charge de l’employeur, que ceux qui réalisent ce test soient tenus au respect du secret professionnel et que ces contrôles aléatoires soient réservés exclusivement aux personnes occupant des postes pour lesquels l’usage des stupéfiants constituerait un danger élevé pour le salarié ou pour les tiers.
En cas de résultat positif, l’employeur peut user de son pouvoir disciplinaire.
(publié le 7 mars 2017)

Pratiquer une activité sportive, certes mais de quelle durée ?

Le Quotidien du Médecin, 6 février 2017
"Les recommandations européennes de 2016 suggèrent la pratique d’une activité physique 5 jours par semaine (idéalement tous les jours), à raison de 30 minutes/jour d’activité modérée et 15/minutes/jour d’activité plus intense, ou la combinaison des deux par sessions de plus de 10 minutes."
(publié le 21 février 2017)

Un gilet défibrillateur portable

Le Quotidien du Médecin , 2 février 2017
La LifeVest®, défibrillateur portable constitué d’une veste légère et portée sous les vêtements, est pourvue d’électrodes d’analyse et de défibrillation et d’un moniteur porté à la taille.
Disponible en France depuis avril 2015, louée au patient sur la base d’un tarif de 1600 €/ mois, elle est remboursée dans 4 indications dont le post-infarctus pour les patients ayant une fraction d’éjection ventriculaire basse. Le dispositif permet un suivi à distance des patients.
(publié le 21 février 2017)

Des nanoparticules de magnétite dans des cerveaux humains ? Un lien avec la maladie d’Alzheimer ?

Environnement, Risques et Santé, novembre-décembre 2016
Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs britanniques et mexicains a mis en évidence dans 37 échantillons de cerveaux humains (7 femmes et 30 hommes décédés d’accidents) des nanoparticules de magnétite probablement d’origine exogène, environnementale, liées à l’inhalation de particules en suspension dans l’air ambiant urbain pollué et une pénétration jusqu’au système nerveux via les axones du nerf olfactif, mais hypothèse non confirmée car l’histoire d’exposition des cas n’est pas confirmée et que d’autres sources que la pollution pourraient être en cause.
Ces particules magnétiques ont-elles une action délétère sur les organes et seraient-elles en particulier impliquées dans l’apparition et le développement de pathologies neurodégénératives ? Le nombre de mécanismes impliqués justifie des études complémentaires pour confirmer ou infirmer ces conclusions.
(publié le 26 janvier 2017)

Quel impact de l’exposition maternelle au bruit sur le foetus ?

Environnement, Risques et Santé, novembre-décembre 2016
Une étude suédoise de grande ampleur menée entre 1996 et 2008 sur plus de 2,3 millions de naissances a montré un excès de risque de troubles auditifs chez les enfants de mères exposés au bruit pendant leur grossesse.
Maintenant, des études approfondies sont nécessaires pour déterminer des valeurs seuil ainsi que la période de développement fœtal au cours de laquelle l’exposition au bruit est la plus nuisible.
(publié le 26 janvier 2017)

Aux 36e journées de l’hypertension artérielle

Le Quotidien du Médecin, 23 janvier 2017
Lors de ces Journées, qui se sont tenues les 15 et 16 décembre 2016, la prévention était à l’ordre du jour.
Combiner une alimentation de type DASH (riche en fruits, légumes, produits céréaliers et pauvre en matières grasses et en sucre), de l’exercice à raison de 30 minutes par jour, éviter l’alcool et le surpoids réduit le risque de développer une HTA de plus de 50%.
L’anévrysme de l’aorte abdominale (AAA) qui tue chaque année 12 000 personnes en Europe mérite d’être dépisté par échographie, chez les hommes de plus de 65 ans mais aussi chez les femmes de plus de 65 ans, fumeuses ou anciennes fumeuses. Le scanner viendra en seconde intention pour confirmer le diagnostic et suivre son évolution. Le meilleur moyen de ralentir la progression de l’AAA reste le sevrage tabagique.
(publié le 26 janvier 2017)

Le diabète de type 1 lié à une perméablité accrue de l’intestin ?

Le Quotidien du Médecin, 23 janvier 2017
Une équipe italienne vient de montrer que la muqueuse duodénale des patients atteints de diabète de type 1 montrait les signes d’une inflammation chronique et latente et une composition du microbiote fécal spécifique. Il reste à savoir si ces particularités sont cause ou conséquence du processus auto-immun ?
(publié le 26 janvier 2017)

Gare au trafic de faux médicaments

Le Quotidien du Médecin, 23 janvier 2017
La majorité des faux médicaments fabriqués en Inde ou en Chine sont écoulés en Afrique30% des médicaments en vente sont illicites. En 4 ans (entre 2012 et 2016), 900 millions de produits contrefaits ou illicites ont été saisis au cours de 8 semaines seulement dans 24 pays africains ayant des frontières maritimes. Le trafic atteindrait 80 milliards d’euros par an. Les peines encourues sont minimes au regard des 700 000 personnes qui en décèdent chaque année (en considérant seulement deux pathologies : paludisme et tuberculose).
La convention Medicrime qui s’engage à criminaliser ce trafic de faux médicaments peine à sensibiliser les pouvoirs publics aux risques encourus.
L’Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRCAM) souhaiterait que l’ONU adopte une convention sur ce sujet.
(publié le 26 janvier 2017)

Sport sur ordonnance - le flou du financement

Le Quotidien du Médecin, 23 janvier 2017
Dès le 1er mars 2017, dans le cadre du parcours de soins des patients en ALD, le médecin traitant aura la possibilité de prescrire une activité physique adaptée à la pathologie ; l’objectif étant un soin complémentaire améliorant l’état de santé, tout autant qu’une diminution des coûts de santé (sachant que 70% du budget de l’assurance-maladie est consacré aux pathologies chroniques).
Mais la question de la prise en charge financière n’est pas réglée. Le décret d’application de la loi santé paru le 31 décembre 2016 n’a pas clarifié la situation, ce qui ne va faciliter "ni la pérennité des actions, ni l’implication des acteurs, ni l’efficacité réelle des séances d’APS (activités physiques et sportives)".
(publié le 26 janvier 2017)

Le certificat de non contre-indication à la pratique sportive

A compter du 1er juillet 2017, la durée de validité d’un certificat médical attestant de l’absence de contre-indication à la pratique du sport sera de 3 ans, sauf en cas de discipline présentant des contraintes particulières.
Entre temps, le sportif devra se soumettre à un questionnaire de santé et devra attester que chaque rubrique donne lieu à une réponse négative ; faute de quoi, il devra présenter un nouveau certificat médical.
Le certificat sera valable pour tous les sports ou pour une seule discipline.
Le Conseil national de l’ordre des médecine aurait souhaité que soit maintenue la visite médicale annuelle pour les mineurs.
(publié le 4 janvier 2017)

Le Prix Galien décerné à MesVaccins.net

Le Quotidien du Médecin, 15 décembre 2016
Le 7 décembre 2016, le Prix Galien a récompensé dans la catégorie e-santé, le site Mes.Vaccins.net.
Créé en 2009, ce site est porté par le Groupe d’études en préventologie (GEP), responsable du contenu du site. Il a pour objectif de fournir à chaque utilisateur une information personnalisée. Il s’appuie sur une base de connaissances et un système expert mis à jour en continu par des spécialistes en vaccinologie.
Ce site a été récemment accrédité par l’Organisation mondiale de la santé et intégré dans le réseau Vaccine Safety Net "qui atteste de la communication au grand public d’une information crédible et de qualité sur la sécurité vaccinale".
Les professionnels de santé bénéficient d’une aide à la décision et à la communication avec le patient et d’un outil leur permettant d’accéder à la gestion et à la validation des carnets de vaccination électroniques.
(publié le 4 janvier 2017)

Lutter contre la douleur : un moyen de vaincre la réticence à la vaccination

Le Quotidien du Médecin, 15 décembre 2016
La douleur lors de la vaccination concourant à la réticence à l’administration des vaccins, l’OMS préconise d’intégrer la lutte contre la douleur dans la stratégie vaccinale. Les recommandations portent sur le comportement des soignants (calme, coopération, information en termes neutres, distraction du sujet à vacciner) et des parents (rassurer l’enfant et le positionner dans une attitude de confort).
Si les antalgiques oraux sont déconseillés, les antalgiques locaux sont recommandés sans que l’OMS ne les préconise en raison de leur coût. Par contre, l’allaitement au sein ou la délivrance d’une boisson sucrée pendant la vaccination se révèlent des procédures efficaces contre la douleur.
(publié le 4 janvier 2017)

Tabagisme : la situation en France

Le Généraliste, 16 décembre 2016
Le tabagisme régresse en France (deux fois moins de cigarettes fumées qu’en 1991), mais moins que dans les autres pays d’Europe avec une consommation qui reste constante depuis plus de 10 ans.
Les raisons :
  • le lobby des cigarettiers qui reste très prédominant en France,
  • une prise en charge des substituts nicotiniques insuffisante.

Mais l’optimisme est de rigueur avec
  • le succès de la campagne "mois sans tabac",
  • l’amélioration de la prise en charge de la varénicline,
  • la mise en place du paquet neutre.

Selon le professeur Dautzenberg, une augmentation du prix du tabac de 10% de temps en temps serait une stratégie efficace.
(publié le 4 janvier 2017)

Statines et maladie d’Alzheimer

Le Généraliste, 16 décembre 2016
"Une étude sur 400 000 personnes de plus de 65 ans, parue dans Jama Neurology a mis en évidence que les malades sous statines puissantes depuis cinq ans avaient un risque de démence abaissé de 10% par rapport à ceux dont le niveau d’exposition aux statines était moindre".
"Par rapport au groupe sans traitement, le risque serait réduit de 15% chez les femmes et de 12% chez les hommes".
(publié le 4 janvier 2017)