La presse en parle


Baclofène, RTU renouvelée

Le Quotidien du Médecin, 15 février 2018
La recommandation temporaire d’utilisation (RTU) du Baclofène pour le traitement de l’alcoolisme est renouvelée pour un an supplémentaire (jusqu’à mars 2019).
La procédure d’instruction de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication se poursuit.
(publié le 23 février 2018)

Vaccinations

Le Quotidien du Médecin, 15 février 2018 et Le Généraliste, 16 février 2018
11 vaccinations sont désormais exigibles pour les enfants nés en 2018 pour l’entrée ou le maintien en collectivité.
Sont concernées, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les infections invasives à Hoemephilus influenzae de type b, l’hépatite B, les infections à pneumocoque, les infections invasives à méningocoque du groupe C, la rougeole, les oreillons, la rubéole.
Quatre nouveaux vaccins sont introduits
  • Vaxelis® : vaccin hexavalent, immunisant contre diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections invasives à Hoemephilus influenzae de type b, hépatite B.
    Il vient compléter l’offre existante : InfanrixHexa® et Hexyon®.
    Ces vaccins ne sont pas interchangeables et une vaccination commencée avec l’un des trois devra être poursuivie avec le même vaccin.
  • Trois vaccins grippaux tétravalents contre la grippe saisonnière disposent d’une autorisation de mise sur le marché : Influvac Tetra®, Vaxigrip Tetra® et Fluarix Tetra®. Ces vaccins comportant une souche B additionnelle coexisteront avec les vaccins trivalents déjà commercialisés.

Un vaccin n’est plus commercialisé et ne sera plus disponible à partir d’avril 2018 :
  • le vaccin Rouvax® (vaccin rougeoleux monovalent). Pour pallier sa disparition, les experts préconisent l’utilisation hors AMM d’un vaccin trivalent ROR. Considérée comme N0, cette injection ne dispensera pas de l’administration ultérieure de deux doses (à 12 et 16 mois).
(publié le 20 février 2018)

Vaccinations obligatoires depuis le 1er janvier 2018

Pour entrer en collectivité à partir du 1er juin 2018, les enfants devront avoir été vaccinés contre 11 maladies (ce qui est déjà le cas pour 70% des enfants).
10 injections seront à réaliser entre la naissance et l’âge de 18 mois, mais seuls 6 rendez-vous seront à programmer en raison de l’existence de vaccins combinés.
(publié le 7 février 2018)

Il n’y a pas de niveau de tabagisme sans risques

Le Généraliste, 26 janvier 2018
Selon une méta-analyse du British Medical Journal, une cigarette par jour ne diminue que de moitié le risque cardiovasculaire par rapport à une consommation de 20/jour. L’objectif pour les fumeurs doit donc bien être le sevrage total.
(publié le 26 janvier 2018)

Du sport, oui mais lequel ?

La Revue du Praticien, janvier 2018
Entre 2015 et 2017, 35% des Français déclarent avoir reçu de leur médecin la recommandation de faire du sport. 2/3 ont mis en application ces préconisations mais ils déplorent le manque d’informations concernant l’activité à pratiquer.
Les médecins "orientent naturellement vers les activités douces dont ils sont sûrs qu’elles n’aggraveront pas l’état de santé de leurs patients", soit la marche (65%), la natation (45%), le vélo (34%) et la gymnastique douce - pilates, yoga- (15%).
(publié le 24 janvier 2018)

Protection solaire et pertubateurs endocriniens

Le Quotidien du Médecin, 15 janvier 2018
Face aux perturbateurs endocriniens, le problème des protections solaires est régulièrement soulevé.
Pour certains filtres chimiques, le risque évalué uniquement chez la rate (perturbation de la fertilité et modifications hormonales susceptibles d’induire des cancers hormono-dépendants) n’est pas préoccupant chez l’homme, en raison de l’utilisation limitée à quelques semaines par an. Par contre se pose le problème des produits d’usage courant (shampooings, savons liquides, gels douche, lessives).
La situation est différente face aux nanoparticules minérales présentes dans les protections solaires. Au titre du principe de précaution, "l’Ansm recommande de ne pas utiliser de produits cosmétiques - notamment les produits de protection solaire - contenant du dioxyde de titane, sous forme de nanoparticules sur la peau lésée (par exemple après un coup de soleil), sur le visage et dans les locaux fermés lorsque ces dernières sont contenues dans des sprays aérosol".
Il n’est pas question néanmoins, de dissuader l’utilisation des filtres solaires ; mais "leur utilisation doit être raisonnée et pertinente".
(publié le 24 janvier 2018)

L’âge n’est pas un facteur de risque de complications post-chirurgicales

Le Quotidien du Médecin, 15 janvier 2018
44 études incluant 12 281 patients âgés de plus de 60 ans ont montré en cas de chirurgie non urgente, des complications post-opératoires atteignant 25,17%. Les facteurs de risque sont le syndrome de fragilité gériatrique, la déficience cognitive, les symptômes dépressifs et le tabagisme. Par contre, l’âge n’en fait pas partie. Le risque refléterait l’âge biologique des patients.
(publié le 24 janvier 2018)

Les conséquences d’un régime fast food

Le Quotidien du Médecin, 15 janvier 2018
Des expériences chez les souris menées par une équipe germano-néerlandaise montrent qu’une alimentation hypercalorique riche en sucres, en graisses et pauvre en fibres modifie durablement sur le plan épigénétique le système immunitaire au niveau médullaire, exposant à un risque accru de diabète et de maladies cardio-vasculaires. De façon surprenante, c’est l’immunité innée qui entre en jeu. Il existe une mémoire dite entraînée dans l’immunité innée, qui est "réveillée" par différents stimuli.
(publié le 24 janvier 2018)

Supprimer le numerus clausus ?

Le Quotidien du Médecin, 15 janvier 2018
Chaque année 58 000 étudiants s’inscrivent en PACES (première année des études de santé) et en 2018, 8 205 d’entre eux seront admis en seconde année de médecine.
Faut-il en finir avec ce système anxiogène, que d’aucuns contournent en réalisant leur cursus dans d’autres pays européens (1/4 des nouveaux inscrits à l’Ordre ont obtenu leur diplôme à l’étranger) ?
Le député de l’Isère propose d’instaurer un numerus apertus (c’est à dire un seuil plancher et non plus un plafond) et de "donner la main aux doyens" qui jugeront du nombre minima d’étudiants à former. Mais quid des moyens financiers et pédagogiques ? " Ne pas trop ouvrir les vannes ", demande le président de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) afin de ne pas nuire à la qualité de la formation, les terrains de stage étant déjà saturés.
(publié le 24 janvier 2018)

Un nouveau directeur de la Santé

Le Quotidien du Médecin, 8 janvier 2018
Le 8 janvier 2018, le professeur Jérôme SALOMON, praticien à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales et de santé publique a pris ses fonctions de directeur général de la Santé, succédant au Professeur Benoît VALLET, lui même nommé "conseiller maître à la Cour des comptes".
(publié le 10 janvier 2018)

Praticiens et internes en souffrance :
0826 000 401

Le Quotidien du Médecin, 8 janvier 2018
Une plate-forme gratuite est en place, opérationnelle 24h/24 et 7 jours sur 7, depuis le 1er janvier 2018 à l’initiative de l’Ordre national des médecins et de l’Association d’aide professionnelle aux médecins et soignants, destinée aux médecins et internes en souffrance.
37 psychologues répondront aux appels et orienteront vers des établissements de soins partenaires tout en laissant au praticien en difficulté, le libre choix de sa prise en charge.
Une autre plate-forme existe déjà pour tous les professionnels de santé. Elle a reçu plus de 1 800 appels en 1 an, provenant majoritairement des infirmiers et des médecins.
(publié le 10 janvier 2018)

Le numerus clausus en hausse

Le Quotidien du Médecin, 8 janvier 2018
En 2018, le numerus clausus est en hausse de 1% portant à 8 205, le nombre des 59 753 étudiants inscrits en PACES qui pourront être admis en deuxième année de médecine (PACES : première année commune aux études de santé).
C’est ainsi que 81 postes supplémentaires ont été créés.
Les 7 facultés de la région parisienne offriront 1634 places.
Lyon enregistre la plus forte hausse (+15 places).
Les expérimentations d’alternatives à la PACES concerneront 354 postes.
(publié le 10 janvier 2018)

Un nouveau record pour la PACES

Le Quotidien du Médecin, 14 décembre 2017
Cette année, ce ne sont pas moins de 59 753 étudiants inscrits en première année commune aux études de santé (PACES), un record avec une augmentation de 2% par rapport à l’année précédente.
Les facultés les plus sollicitées sont Lille II, puis Bordeaux et Montpellier-Nîmes. Mais certains établissements parisiens voient leurs effectifs baisser comme Paris VI, Paris V et Créteil.
Y aura t-il une hausse du nombre de places au numerus clausus ?
(publié le 28 décembre 2017)

Halte au jeûne en prévention des cancers

Le Généraliste, 8 décembre 2017
La pratique du jeûne et des régimes restrictifs a été médiatisée comme méthode de prévention des cancers.
L’Institut National du Cancer (INCa) alerte en rappelant que "l’analyse des données scientifiques ne permet pas de conclure à l’intérêt de ces pratiques en prévention des cancers, ni pendant la maladie".
Au contraire, ces attitudes peuvent aggraver un risque de dénutrition et de sarcopénie, qui sont des facteurs pronostiques péjoratifs au cours des traitements de ces pathologies.
(publié le 15 décembre 2017)

Compléments alimentaires contenant de la spiruline

Le Généraliste, 8 décembre 2017
L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a publié un avis sur les risques liés aux compléments alimentaires contenant de la spiruline, susceptibles d’être contaminés par des cyanotoxines, des bactéries et des traces métalliques de plomb, d’arsenic ou de mercure.
Les consommateurs sont invités à s’approvisionner auprès des circuits les plus contrôlés par les pouvoirs publics.
(publié le 15 décembre 2017)