Effets de la poussière de talc sur la santé respiratoire : résultats d’une enquête longitudinale de 378 travailleurs du talc français et autrichiens

Effects of talc dust on respiratory health : results of a longitudinal survey of 378 French and Austrian talc workers P. WILD, K. LEODOLTER, M. RÉFRÉGIER, H. SCHMIDT, E. BOURGKARD Occupational and Environmental Medicine, 2008, vol. 65, v° 4p. 261-267. - Bibliographie

Le but de cette enquête longitudinale franco-autrichienne était d’explorer les effets sur la santé respiratoire de la poussière de talc, dépourvue de fibres d’amiante, à ou au-dessous des concentrations dans l’air de 2 mg/m3.

La santé respiratoire et l’exposition à la poussière de tous les travailleurs ayant au moins 5 années d’ancienneté dans deux usines de production de talc en France et en Autriche ont été suivies entre 1988 et 2003. Les volumes expiratoires forcés standards et les radiographies pulmonaires standards ont été obtenus à des occasions répétées et enregistrées selon des procédures au contrôle de qualité strict. Au sein d’une population cible de 430 sujets, 378 (88 %) ont été examinés au moins deux fois.

Une matrice quantitative d’exposition a été mise en oeuvre basée sur 4 602 mesurages d’exposition individuelle de poussière respirable et des descriptions qualitatives des procédés industriels ainsi que des équipements de protection individuelle. La durée moyenne de suivi a été de 14,5 ans avec une concentration moyenne estimée de poussière de talc au cours du suivi de 1,46 mg/m3. La prévalence de petites opacités radiologiques et des paramètres de la fonction respiratoire était significativement liée à l’exposition cumulée lors de l’inclusion mais pas à l’exposition pendant la période de l’enquête.

Surtout, le volume expiratoire maximum par seconde (VEMS) diminuait de 66 ml pour 100 années/ mg/m3, ce qui est moins que ce qui a été rapporté pour d’autres types de poussières minérales.

En conclusion, malgré des niveaux d’exposition antérieure au talc tels qu’ évalués à l’inclusion dans l’enquête avec une diminution de la fonction respiratoire et une augmentation de la prévalence des petites opacités radiologiques, il n’y avait aucune preuve d’effets délétères de l’exposition au talc, tels qu’ évalués lors de la période d’enquête, sur la fonction pulmonaire et les petites opacités radiologiques.

(publié le 22 janvier 2009)