Réactions de stress psychologique et physiologique en relation avec le bruit dans la salle de classe.

Physiological and psychological stress reactions in relation to classroom noise. R. WÄLINDER, K. GUNNARSSON, R. RUNESON, G. SMEDJE Scandinavian Journal of Work, Environment and Health , 2007, vol. 33, n° 4, p. 260-266. - Bibliographie.

Cette enquête suédoise testait l’hypothèse que le bruit dans la salle de classe est lié à des réactions de stress chez les enfants des écoles primaires. Le stress a été suivi en se référant aux symptômes de fatigue et de céphalées, à la pression sanguine systolique, à la réduction de la variation diurne du cortisol, et à des indicateurs de stress négatif émotionnel. Dans trois classes d’élèves du quatrième degré (âgés de 10 ans), des mesures quotidiennes des niveaux sonores équivalents (Leq) ont été faites pendant 4 semaines, réparties également de septembre à décembre. Un jour de chaque semaine de l’enquête, les élèves ont répondu à un questionnaire sur la gêne et les symptômes, et la pression artérielle et leur cortisol salivaire ont été mesurés. La première et la quatrième semaine, les enfants ont aussi réalisé un test standardisé de dessin portant sur les indicateurs émotionnels.

Les mesures quotidiennes des niveaux sonores équivalents dans les salles de classe (Leq au cours des jours de classe) s’étendaient de 59 à 87 dB (A). Les niveaux sonores équivalents étaient significativement liés à une augmentation de la prévalence des symptômes de fatigue et de céphalées et à une diminution de la variation diurne du cortisol. La pression artérielle et les indicateurs émotionnels n’étaient pas significativement liés aux niveaux sonores.

En conclusion, les niveaux sonores actuels dans les salles de classe suédoises peuvent avoir un impact négatif sur la santé, étant directement ou indirectement liés aux relations de stress chez les enfants. Ce résultat indique que le bruit devrait être considéré comme un facteur de risque dans l’environnement scolaire.

(publié le 22 septembre 2008)