Risque de cancer après cessation de l’exposition à l’amiante : une enquête de cohorte de travailleurs italiens de l’amiante-ciment

Cancer risk after cessation of asbestos exposure : a cohort study of Italian asbestos cement workers C. MAGNANI, D. FERRANTE, F. BARONEADESI, M. BERTOLOTTI, A. TODESCO, D. MIRABELLI, B. TERRACINI Occupational and Environmental Medicine, 2008, vol. 65, n° 3, p. 164-170. - Bibliographie

Les auteurs avaient pour objectifs d’étudier la mortalité par affections liées à l’amiante et l’incidence du mésothéliome dans une cohorte de travailleurs italiens de l’amiante-ciment après cessation de l’exposition à l’amiante.

L’usine Eternit de Casale Monferrato a fonctionné de 1907 à 1986. La cohorte incluait 3 434 sujets en activité en 1950 ou embauchés entre 1950 et 1986, vérifiés sur les fichiers de l’entreprise, sans sélections. Les taux de référence locaux ont été utilisés pour à la fois la mortalité et l’incidence du mésothéliome.

La mortalité était augmentée dans les deux sexes pour toutes les causes [globale 1 809 décès observés (obs) versus 1 312,2 attendus (att) ; p < 0,01], pour les causes pleurales (135 obs versus 3,6 att ; p < 0,01) et péritonéales (52 vs 1,9 ; p < 0,01) de cancer et pour le cancer du poumon (249 vs 103,1 ; p < 0,01). Chez les femmes, cancers ovariens (9 vs 4,0 ; p < 0,05) et utérins (15 vs 5,8 ; p < 0,01) étaient aussi en excès. Aucune augmentation statistiquement significative n’a été trouvée pour le cancer du larynx (16 obs vs 12,2 att). Dans les analyses par régression de Poisson, le risque relatif (RR) de décès par cancer de la plèvre augmentait de manière linéaire avec la durée de l’exposition, alors qu’il montrait une augmentation curvilinéaire avec la latence et la durée depuis la cessation de l’exposition. Le risque relatif (RR) pour les cancers du péritoine continuait d’augmenter avec la latence, la durée d’exposition et le temps depuis la cessation de l’exposition. Le RR pour le cancer du poumon montrait une diminution après 15 ans depuis la cessation de l’exposition et se nivelait après 40 ans de latence.

En conclusion, cette enquête de cohorte de travailleurs exposés à l’amiante avec un très long suivi a confirmé la diminution du risque de décès par cancer du poumon après la fin de l’exposition.

Elle suggère également une diminution du risque de mésothéliome pleural avec plus de 40 ans de latence, alors que le risque de mésothéliome péritonéal a montré une augmentation continue.

(publié le 22 janvier 2009)