Sensibilisation au béryllium chez des soudeurs d’aluminium

Beryllium sensitization in aluminumsmelter workers O.TAIWO, M. SLADE, L. CANTLEY, M. FIELLIN, J. WESDOCK, F. BAYER, M. CULLEN Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2008, vol. 50, n° 2, p. 157- 162. - Bibliographie

L’objectif de cette enquête américaine était de déterminer si des affections liées au béryllium existaient chez des soudeurs d’aluminium. Pour cela, 1 278 salariés des quatre entreprises où l’on fait du soudage d’aluminium, confirmés avoir une exposition significative au béryllium d’après les résultats d’échantillonnage sur 5 ans ont été invités à participer à une surveillance médicale qui incluait un questionnaire sur les symptômes respiratoires, une spirométrie, et un test sanguin de prolifération des lymphocytes au béryllium. Parmi eux, 734 salariés ont participé au programme. L’exposition au béryllium évaluée à partir de 965 échantillonneurs individuels allait de 0,002 à 13,00 µg/m3 en moyenne pondérée dans le temps, avec une médiane de 0,05 µg/m3, une moyenne géométrique de 0,05 µg/m3, et une moyenne arithmétique de 0,22 µg/m3. Seulement deux salariés avaient une sensibilisation confirmée au béryllium (0,27 %).

En conclusion, il existe une preuve de la sensibilisation au béryllium chez les soudeurs d’aluminium.

Lorsqu’on les compare avec d’autres travailleurs exposés au béryllium dans d’autres industries, les soudeurs d’aluminium avaient des taux de sensibilisation plus faibles. Le faible taux de sensibilisation observé peut être lié aux pratiques professionnelles et aux propriétés du béryllium trouvées dans cet environnement de travail.

(publié le 30 janvier 2009)