Stress au travail et symptômes dépressifs chez les travailleurs d’âge moyen - résultats prospectifs issus de l’enquête Belstress.

Job stress and depression symptoms in middleaged workers - prospective results from the Belstress study. E. CLAYS, D. DE BACQUER, F. LEYNEN, F. KORNITZER, M. KITTEL, G. DE BACKER Scandinavian Journal of Work, Environment and Health,2007, vol. 33, n° 4, p. 252-259. - Bibliographie.

Le but de cette enquête belge était d’explorer la relation prospective entre le stress au travail et les symptômes de dépression au sein d’une enquête de cohorte.

2 821 travailleurs étaient inclus dans l’enquête longitudinale Belstress (enquête belge sur le stress au travail) ; il y a eu deux mesures avec un temps moyen de suivi de 6,6 ans. Le stress au travail a été évalué au moyen du questionnaire sur le contenu du travail (Karasek). Les symptômes de dépression ont été évalués avec l’échelle de dépression (dans sa forme pour l’Iowa) du Centre pour les Enquêtes Epidémiologiques. Les expositions au stress au travail, au départ et à plusieurs reprises au cours du temps, ont été mises en relation avec le développement de hauts niveaux de symptômes dépressifs grâce à une analyse par régression logistique.

Au sein d’une population indemne de scores élevés de dépression au départ, le stress au travail augmentait le risque de développer de hauts niveaux de symptômes dépressifs après un temps moyen de suivi de 6,6 années. Des associations indépendantes ont été trouvées pour une faible latitude décisionnelle, une forte contrainte au travail, et une contrainte isolée chez les femmes, mais pas chez les hommes. L’association ajustée avec une forte contrainte au travail chez les hommes était à la limite de la significativité. Une forte contrainte au travail était associée avec un risque plus élevé de développer de hauts niveaux de symptômes dépressifs, à la fois chez les femmes et chez les hommes.

En conclusion, les résultats de cette enquête confirment que le stress au travail est un facteur de risque de développer des symptômes de dépression. Des associations plus fortes ont été trouvées pour les femmes. L’impact de la forte contrainte au travail à la fois chez les hommes et chez les femmes était plus nocif lorsqu’il y avait une exposition répétée.

(publié le 22 septembre 2008)