Y a-t-il une association entre l’exposition cumulée sur la vie entière et les réponses pulmonaires aiguës à l’ozone ?

Is there an association between lifetime cumulative exposure and acute pulmonary responses to ozone ? M. ARJOMANDI, I. TAGER, M. BASTAKI, C. CHEN, N. HOLLAND, J. BALMES Journal of Occupational and Environmental Medicine. - 2008. - Vol. 50. - N° 3. - Pages 341- 349. - Bibliographie

L’objectif de cette enquête californienne était d’explorer les effets potentiels de l’exposition cumulée sur la vie entière à l’ozone (O3) sur les réponses pulmonaires aiguës à l’O3. Pour cela, 15 sujets en bonne santé issus d’une grande cohorte de jeunes adultes ont été exposés à 200 ppb d’O3 pendant 4 heures, suivis par une bronchoscopie et un lavage broncho-alvéolaire 18 heures plus tard.

La fonction respiratoire, des questionnaires sur les symptômes, et des prises de sang ont été obtenus avant et après chaque exposition. Les expositions cumulées sur la vie entière des sujets à l’O3 ont été estimées en se basant sur les histoires résidentielles et les données de la surveillance de la qualité de l’air. L’exposition aiguë à l’O3 provoque des diminutions du volume expiré maximum en une seconde (VEMS), du volume expiratoire moyen (VEMS25-75) et du volume expiré maximum à 75 % de la capacité vitale forcée (VEM75), ainsi qu’une augmentation plasmatique du taux de protéine de la cellule Clara (CC16). Les modifications en CC16 et les symptômes respiratoires des voies basses, mais pas de la fonction pulmonaire, étaient corrélées positivement avec l’exposition cumulée sur la vie entière à l’O3.

En conclusion, l’exposition cumulée sur la vie entière plus élevée à l’O3 était associée avec une lésion des voies aériennes et des symptômes respiratoires consécutifs, mais pas avec une inflammation des voies aériennes ou des réponses fonctionnelles respiratoires lors d’une exposition aiguë à l’O3.

(publié le 4 février 2009)