Enquête sur les accidents de sport

B. SOULÉ La Santé de l’Homme. - 2008. - N° 394. - Pages 43-44

Plusieurs enquêtes en population générale désignent les accidents de sport comme la deuxième source d’accidents de la vie courante derrière les accidents domestiques, mais ils sont plus graves.

Les moins de 30 ans sont les plus touchés et les hommes plus que les femmes. La surmortalité masculine se retrouve essentiellement dans la pratique de sports collectifs comme le football et le rugby, le cyclisme, les sports de contact, le tennis et les sports mécaniques. A l’inverse, les jeunes femmes sont deux à quatre fois plus exposées que les hommes en ce qui concerne l’équitation et la gymnastique. Globalement, six accidents de sport sur dix sont liés à une chute et quatre sur dix à un choc. L’entorse est la blessure sportive par excellence, devant les fractures.

Selon l’enquête Epac (enquête permanente sur les accidents de la vie courante) de l’institut de veille sanitaire, 6 % des accidents de sport entraînent une hospitalisation (de courte durée pour la moitié des cas), mais ce taux monte à 11,1 % selon les données de la CNAMTS (caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés). Enfin, les accidents de sport exigent souvent un recours à la kinésithérapie (dans 12 à 20 % des cas) et un taux élevé de suspension d’activité.

(publié le 4 février 2009)