Vaccinations et contre-indications vaccinales

O. LAUNAY Documents pour le Médecin du travail, DMT. - 2008. - N° 113. - Pages 123-125

Pour la population générale, les contre-indications vaccinales sont rares et sont le plus souvent liées à une hypersensibilité aux substances actives ou aux excipients (exemple : contre-indication à la vaccination grippale et à la fièvre jaune en cas d’allergie à l’oeuf). Il existe des contre-indications transitoires : maladie fébrile ou infection aiguë. Chez la femme enceinte, les vaccins vivants atténués sont déconseillés pendant toute la durée de la grossesse. Prudence avec le vaccin varicelle chez une femme en âge de procréer. Il faut réaliser préalablement un test de grossesse et s’assurer de la prescription d’une contraception efficace pendant toute la durée de la vaccination et les 3 mois suivant la deuxième injection. Les vaccins inactivés peuvent théoriquement être administrés chez la femme enceinte mais en l’absence de données, les vaccins diphtérie-tétanos- poliomyélite ou diphtérie-tétanos-poliomyélite- coqueluche ne sont pas recommandés. Chez les patients infectés par le VIH, les vaccinations contre la fièvre jaune, la varicelle et le vaccin rougeole-oreillons-rubéole peuvent être administrés chez les patients non immuns seulement si le taux de lymphocytes CD4 est supérieur à 200/mm3.

Chez les patients recevant un traitement immunosuppresseur, les vaccins vivants sont contre indiqués pendant toute la durée du traitement et les 3 mois suivant la fin du traitement. Chez les patients sous corticothérapie, la vaccination avec un vaccin vivant atténué est contre indiquée pour des posologies supérieures à 20 mg équivalent-prednisone par jour pour un adulte. Si ce traitement est supérieur à 15 jours, il faudra attendre 3 mois après l’arrêt, pour vacciner par vaccin vivant atténué. La vaccination est possible pour une dose inférieure à 10 mg/jour et pour une durée de traitement inférieure à 15 jours.

Une hormonothérapie substitutive, une corticothérapie locale ou inhalée ou une corticothérapie par voie intra-articulaire ne sont pas des contre-indications à la vaccination par vaccin vivant atténué.

(publié le 11 décembre 2008)