Agir sur le stress et les risques psychosociaux.
Mettre en place des indicateurs de santé

J.F. CHANLAT et C. COHIDON interviewés par M. JAOUËN Travail et Changement. - 2008. - N° 318. - Page 10
Une enquête menée auprès de 300 directeurs des ressources humaines a montré qu’il existe une réelle prise de conscience mais cela ne se traduit pas par des mesures structurantes. Les entreprises se sont engouffrées dans une idéologie de la performance à tout crin où les cadres de plus en plus massivement victimes de la pression, n’osent pas parler de leur vulnérabilité. Quant à la formation des managers, elle est quasiment inexistante sur ce sujet. Les actions quand elles existent se limitent à des séminaires sur la gestion du stress qui relèvent essentiellement du registre curatif mais s’intéressent rarement aux organisations qui sont pourtant la clef du problème. Un système de surveillance nationale de la santé mentale en lien avec l’activité professionnelle est actuellement en train de se déployer. Il s’agit du programme Samotrace, piloté par l’INRS et concentré sur quatre régions de France. Les premiers résultats montrent un degré de latitude décisionnelle qui croît avec le niveau de qualification alors que les différences sont moins nettes pour la demande psychologique et le soutien social. Ils mettent en évidence une souffrance psychique notable avec en particulier 16 % des salariés déclarant au moins un épisode de violence ou de discrimination au cours des 12 derniers mois.
(publié le 4 décembre 2008)