Enquête EVS : les conséquences de la violence sur la santé des personnes

C. Cavalin, F. Beck, F. Maillochon La Santé de l’homme, 2011, n°411, pp.4-7
L’enquête "Évènements de vie et santé" a été réalisée en 2005-2006. Elle a permis d’interroger 10 000 hommes et femmes âgés de 18 à 75 ans à propos d’évènements difficiles vécus depuis l’enfance (placements durant l’enfance, séparation ou divorce des parents, décès précoces des parents, tentatives de suicide ou suicides dans l’environnement proche, actes de violence entre les parents etc..) mais aussi à propos d’actes violents subis au cours des 24 mois précédents ou sur des périodes antérieures pour en connaître les circonstances et conséquences.
"Les liens entre violence et santé ne peuvent être compris que hors d’un ensemble plus large de difficulté sociales caractérisant des parcours biographiques lourdement chargés par ailleurs".
L’enquête montre un phénomène social transversal sans être pour autant généralisé. Cependant, elle met en exergue l’ampleur quantitative globale du phénomène qui touche de par son interaction avec les phénomènes de santé et les conditions de vie, un tiers des personnes de 18 à 75 ans.
Il apparaît que les évènements de vie difficiles dans le jeune âge constituent un net critère de surexposition aux situations de violence.
Les femmes qui ont subi des violences déclarent plus souvent que les hommes, des dommages importants à la fois dans les domaines matériel, physique, psychologique, professionnel ou pour leur santé globale.
Les répercussions ne portent pas tant sur la santé physique que sur la santé mentale et sociale au sens de leurs capacités à accomplir les actes courants de la vie (travail, accès aux droits sociaux, éducation des enfants, etc..).
Il convient dans la conduite des politiques sociales, de tenir compte de "ces situations individuelles où les difficultés se cumulent, dans lesquelles les violences se traduisent souvent par des évènements répétés".
(publié le 21 juillet 2011)