Facteurs organisationnels et santé d’employés de bureau après les attaques terroristes du World Trade Center : symptômes physiques à long terme, stress psychologique négatif, et productivité au travail

O. OSINUBI, S. GANDHI, P. OHMANSTRICKLAND, C. BOGLARSKY, N. FIEDLER, H. KIPEN, M. ROBSON Journal of Occupational and Environmental Medicine. - 2008. - Vol. 50. - N° 2. - Pages 112- 125. - Bibliographie

L’objectif de cette enquête était d’évaluer si des facteurs organisationnels sont prédicteurs de la santé et de la productivité des employés après les attaques du World Trade Center de New- York. Les auteurs du New Jersey (USA) ont mené une enquête auprès de 750 employés de bureau et ont comparé ceux qui avaient eu des expositions directes aux attaques du World Trade Center (employés du sud de Canal Street, premières victimes) avec ceux moins directement exposés employés au nord de Canal Street, autres victimes et non-victimes).

Les employés au sud de Canal Street signalaient plus fréquemment des migraines que les employés au nord de Canal Street (p = 0,0202). Les premières victimes signalaient des migraines et de la toux plus fréquemment que les autres victimes et les non-victimes (respectivement p = 0,0086 et p = 0,0043).

Une culture organisationnelle défensive était un prédicteur indépendant de toux et de stress au travail, et le stress au travail était un prédicteur indépendant des pertes de productivité au travail.

En conclusion, des variables organisationnelles peuvent modifier la santé et la productivité après un évènement traumatique majeur sur le lieu de travail.

(publié le 30 janvier 2009)