Violences au travail

F. GUINOCHET Liaisons Sociales Magazine. - 2007. - N° 86. - Pages 23-25.
La violence physique au travail (bagarres, franches insultes) est rare car elle est rapidement sanctionnée. Aujourd’hui, les agressions sont plus sournoises et insidieuses. On blesse avec des mots : la courtoisie s’évapore, les incivilités se multiplient, les dérapages verbaux sont fréquents. Autrefois, les choses se disaient en face : aujourd’hui, la communication se déshumanise. Prévention, régulation, médiation semblent totalement absentes. Difficile de sortir du silence quand on craint pour son emploi ! En découle un fort sentiment d’isolement. Les salariés se tournent vers des formes de ripostes individuelles. Les objets deviennent des exécutoires (on casse son outil de travail ou celui d’autrui). La violence que la société ne veut pas gérer se retrouve dans la vie privée. Exaspération et fatigue se manifestent sous la forme de comportements pathogènes et à terme de maladie physique et mentale ; la forme la plus dramatique de ce retournement de la violence contre soi est évidemment le suicide.
(publié le 23 septembre 2008)