Essayer le télétravail, c’est l’adopter

C. Lacourcelle Entreprise et Carrières, 2009, n° 982-983, p.12-14
Moins de 10% des salariés en France sont concernés par le télétravail (contre 15% pour la moyenne européenne). Les principaux freins sont autant du coté des employeurs que des salariés. Pourtant les entreprises qui l’ont mis en place apprécient les bénéfices sur la qualité du travail et sur l’équilibre vie privée/vie professionnelle du salarié.
Pour que le bilan soit positif, il faut un encadrement rigoureux, un accompagnement du salarié et un apprentissage de fond et de forme qui doit s’adresser non seulement aux futurs télétravailleurs mais aussi aux supérieurs hiérarchiques.
Le télétravail rime aussi avec équipement optimal (connexion Internet sécurisée, partage de documents, etc...) afin que le salarié retrouve son espace de travail habituel et une continuité de travail avec l’équipe.
Une condition essentielle de la réussite est le principe de réversibilité, c’est à dire la possibilité affirmée pour l’employeur comme pour le collaborateur de revenir au bureau le cas échéant.
(publié le 7 avril 2010)