Diffusion de l’air dans les salles de tri des centres de traitement des ordures ménagères
Quelle ventilation au poste de travail ?

R.Rapp, J.R. Fontaine, F. Henry, P. Duquenne, V. Koehler, G. Greff, S. Liang, P. Görner, A. Becker Hygiène et sécurité du travail, 2009, n°215, p.19-28. Bibliographie
Les déchets contenant de la matière organique constituent un excellent substrat pour la croissance des microorganismes. Bactéries et moisissures peuvent s’y développer, atteindre des concentrations importantes et être mises en suspension dans l’air des postes de travail. La nature et la concentration des agents microbiens présents dans l’air des usines de tri varient selon leur type des déchets traités, leur manipulation et leur agitation mécanique, la vitesse du vent et les conditions météorologiques. Les risques induits pour les opérateurs sont de nature infectieuse, toxinique, immuno-allergique selon la nature des agents en présence. Il s’ensuit atteintes respiratoires et oculaires, rhinites, asthmes, pneumopathies d’hypersensibilité. Il n’existe pas à l’heure actuelle de VLEP (Valeurs Limites d’Exposition Professionnelles) pour les bioaérosols. Pour évaluer de façon pertinente l’exposition professionnelle aux bioaérosols, il est nécessaire de prendre en considération non seulement la quantité des microorganismes qui entrent dans la composition d’un bioaérosol mais également leur identité. Une étude expérimentale a été menée dans deux salles de pré-tri d’un centre de valorisation des déchets ménagers en exploitation. Un diagnostic a été effectué avant puis après modification des installations de ventilation. Il en ressort que, du point de vue ambiance thermique, les deux systèmes de ventilation étudiés (par mélange et par plénums de soufflage) donnent des résultats équivalents pour le confort global. Les dispositifs utilisés ne permettent pas d’obtenir un niveau de confort acceptable si les températures ne sont pas comprises entre 10 et 25°C. Un effort doit être effectué au niveau de la conception thermique de ces cabines et des installations. "’Lorsque les conditions normales de fonctionnement des installations de ventilation sont respectées, le dispositif de ventilation à plénum soufflant préconisé dans le guide de conception des centres de tri de l’INRS permet effectivement un apport d’air neuf au poste de trieur. Dans ce cas, les indicateurs de qualité de l’air retenus donnent des valeurs voisines de celles relevées dans l’air extérieur".
(publié le 14 décembre 2009)