Exposition des coiffeurs aux diamines aromatiques : une étude interventionnelle confirmant l’effet protecteur de l’utilisation adéquate de gants
Exposure of haidressers to aromatic diamines : an interventional study confirming the protective effect of adequate glove use

T. Geens, E. Aerts, M. Borguet, V. Haufroid, L. Godderis Occupational and Environmental Medicine, 2016, vol 73, n°4, pages 221-228. Bibliographie.

De nombreux coiffeurs quittent leur profession en raison de problèmes de santé, notamment un eczéma professionnel aux mains associé à l’exposition cutanée à des composés sensibilisants comme le paraphénylènediamine (PPD) et le paratoluènediamine (PTD). Puisque l’utilisation de gants de protection est conseillée mais sans que l’effet à court terme soit connu, l’objectif principal de cette étude belge est d’attribuer une réduction significative d’un biomarqueur avec l’utilisation adéquate de gants en situation réelle de travail.

Pour cela, 11 coiffeurs ont été suivis pendant deux semaines. Dans la première semaine, ils ont travaillé comme d’habitude et ils ont (ré) utilisé leurs gants. Par la suite, les enquêteurs sont intervenus pour améliorer l’utilisation des gants pendant la deuxième semaine. Pendant les deux semaines, les données concernant l’exposition en milieu de travail ont été recueillies au moyen d’observations, et l’exposition systémique a été quantifiée par la biosurveillance de PPD et de PTD. L’effet de l’amélioration de l’utilisation des gants et d’autres déterminants de l’exposition a été étudié par l’analyse de modèles mixtes.

Les auteurs ont montré que l’amélioration de l’utilisation des gants a considérablement réduit les concentrations moyennes de PTD de 24,1µg/g de créatinine à 4,2 µg/g de créatinine après l’intervention (n = 11, au 3è jour de la 2è semaine).

De plus, les concentrations moyennes de PTD ont augmenté pendant la 1ère semaine (14 fois élevées après 3 jours consécutifs), mais pas au cours de la 2è semaine. Pour le PPD, aucun effet n’a été constaté par l’amélioration du port de gants et pas d’effet d’accumulation.

Cette étude est la première à fournir des preuves qu’une réduction significative de l’exposition systémique au PTD est obtenue par une meilleure utilisation des gants. Les gants jetables ne doivent jamais être réutilisés.
La biosurveillance du PTD se révèle être un outil pratique pour quantifier l’exposition cutanée récente à des composants oxydants de la teinture capillaire.

(publié le 6 septembre 2016)