La protection respiratoire du personnel dans les établissements de santé : enquête GERES-INRS 2008

C. Ciotti, G. Pelissier, I. Balty, M.C. Bayeux, E. Bouvet, D. Abiteboul Documents pour le médecin du travail, 2009, n°119, p.325-336. Bibliographie

Le GERES (Groupe d’Etudes sur le Risque d’Exposition des Soignants aux agents infectieux) en collaboration avec l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), a mené avec son réseau national une enquête dans l’objectif de réaliser dans les établissements de santé, un état des lieux de l’application des recommandations et des mesures de protection respiratoire par les personnels.
L’enquête s’est déroulée en deux phases :

  • la première par autoquestionnaire auprès des médecins du travail et/ou des hygiénistes des établissements de santé du réseau GERES,
  • et la deuxième, toujours sur la base du volontariat, proposée aux établissements ayant participé à la première étude a comporté trois volets portant respectivement sur les connaissances et les pratiques du personnel vis-à-vis des masques de protection respiratoire, l’observation du port de masque par le personnel dans le cadre d’un isolement respiratoire, le test d’ajustement au visage des masques (le Fit-Check).

Il en ressort que la totalité des établissements (soit 65) dispose hors stock "pandémie grippale", de masques de protection respiratoire, répondant à la norme européenne EN 149 ou de masques "équivalents" de classe N95 selon la classe américaine. Les formes coquille souple et "bec de canard" sont les plus largement représentées.

Des recommandations écrites sur le port de masques existent dans près de 90% des établissements , près de la moitié des personnels interrogés ont déclaré en avoir connaissance et pour 61% d’entre eux les avoir également lues. Les indications de port de masques dans les établissements ne font jamais mention de l’utilisation de masque médical dans la prévention des maladies transmissibles par voie aéroportée.
Dans l’ensemble, on note un bon respect des pratiques d’isolement respiratoire (97% des cas). Il y a néanmoins dans près de 70% des cas, une confusion entre les indications respectives des masques de protection respiratoire et des masques chirurgicaux.
On peut regretter le manque de formation pratique au port et à l’ajustement des masques. Les personnels mettent convenablement le masque de protection respiratoire dans 50% des cas et 10% d’entre eux ne savent pas du tout le mettre. C’est dans les services qui ont une certaine habitude dans l’accueil des patients tuberculeux que la pratique est la mieux connue. Le problème est que à aucun moment l’ajustement du masque n’est vérifié par le Fit-Check. Lorsque ce Fit Check a été réalisé à la demande des enquêteurs, le défaut d’ajustement existait dans 23% des cas. Mais globalement, ce sont 44 à 97% des soignants qui les mettent en place correctement et en vérifient l’ajustement.

(publié le 19 février 2010)