Mobilité internationale
des salariés sous haute protection

C. Lacourcelle Entreprise et Carrières, 2010, n°996, pp. 22-29
En envoyant ses salariés à l’étranger, l’employeur engage sa responsabilité civile et pénale et il a vis-à-vis d’eux, un devoir de protection. Une prise de conscience est en cours et les entreprises sont désormais réceptives au problème de la gestion des risques à l’international.
C’est ainsi que de nouvelles fonctions apparaissent tels le "security manager " ou le " travel manager" et les prestataires spécialisés sont de plus en plus sollicités pour des projets ponctuels, pour des formations sur mesure, voire pour sous-traiter totalement la problématique médicale.
Parallèlement, la maison-mère doit s’organiser en termes de reporting et de traçace efficace.
Plusieurs sociétés expatriant du personnel exposent leur modèle de gestion des risques, utilisant largement les ressources internes et externes (médecin du travail, DRH, responsables prévention, responsables sûreté et sécurité, prestataires spécialisés, etc.) avec pour objectif le maintien de la santé et la prévention des risques de toute nature liés au voyage ou à la mission (veille sur les pays en terme de santé, de sûreté, audits sécurité, accompagnement individuel, information sur les risques et sur la politique générale de sécurité de l’entreprise, séminaires de retours d’expériences).
Il est en effet important de s’assurer que toutes les précautions ont été prises. "L’exigence est double : protéger les salariés et mettre en sécurité juridique l’entreprise et ses dirigeants".
(publié le 13 juillet 2010)