Prévention des maladies professionnelles respiratoires

I.Balty, B. Courtois, A. Delépine, F. Roos Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2008, Vol.69, n°5/6, p. 683-693. Bibliographie

Sachant que les maladies respiratoires représentent 15 à 20% des maladies professionnelles reconnues et que près de 90% des cancers professionnels présentent des localisations respiratoires, il importe de mener une prévention efficace en faisant intervenir tous les acteurs possibles. Les médecins et les pneumologues en particulier ont une responsabilité mais pas seulement quand la maladie est présente. Ils ont un rôle d’information et de conseil qui doit commencer dès le stade de l’orientation professionnelle et se poursuivre au cours de l’activité professionnelle et même au-delà, au stade de la retraite. Il est important que des contacts soient établis tôt avec les médecins du travail, les consultations de pathologie professionnelle, les médecins conseils des organismes de sécurité sociale et qu’il aient connaissance des différents réseaux de prévention existants (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles : INRS, Mutualité sociale agricole : MSA)

La prévention technique est la seule vraiment efficace sur les lieux de travail. La démarche générale de prévention repose sur l’évaluation des risques (repérage des dangers, analyse des conditions d’exposition, hiérarchisation des risques), des mesures organisationnelles limitant l’exposition, la formation et l’information des personnels exposés, la substitution des produits dangereux chaque fois que c’est techniquement possible, les mesures de protection collective (tels que système clos, mécanisation des méthodes de travail, « encoffrement » des procédés, captage des polluants à la source, etc), voire le port d’un appareil de protection respiratoire s’il persiste un risque d’exposition par inhalation, malgré la mise en place d’une prévention collective.

L’objectif est une « collaboration de travail plus active entre tous les spécialistes pour permettre une amélioration du dépistage des maladies respiratoires professionnelles et la prise en charge des personnes soumises aux nuisances professionnelles ».

09B0371

(publié le 6 avril 2009)