Prévention des TPE : quels freins ? Quels leviers ?

Protection Individuelle et Collective, PIC, 2018, n°108, pp. 33-42.
La prévention des risques professionnels et les questions de santé et sécurité au travail sont souvent négligées des TPE/TPI mais elles se sentent tout de même concernées. Ce qui est important car les TPE/TPI représentent aujourd’hui 98% des entreprises relevant du régime général de la Sécurité sociale.
Après une embellie entre 2007 et 2010, les préoccupations des chefs d’entreprise en ce qui concerne la santé et la sécurité sont néanmoins en net recul, en lien avec le contexte économique très concurrentiel.
35% des patrons des PME considèrent que leur activité ne présente pas de risques pour leurs salariés et ne voient pas l’intérêt du Document unique d’évaluation des risques (DUER).
Il est vrai aussi que beaucoup de patrons de TPE se sentent perdus en matière de prévention et perçoivent la réglementation comme une contrainte. Pourtant les structures et les experts existent pour les aider, à savoir les documents d’information des organismes de prévention, les fiches techniques des fabricants, les services de santé au travail (plébiscités comme référent par 49% des PME et 34% des TPE et comme "personne de confiance" pour 62% des PME et 32% des TPE), les branches professionnelles, les préventeurs indépendants, le MASE (système de management dédié à la sécurité en entreprise et à l’environnement).
"Ce qui manque aux TPE, c’est d’avoir une réelle démarche prévention". Elles doivent disposer d’un fil conducteur : évaluer les risques, établir des priorités ; mais ne faudrait-il pas alléger le contenu du DUER ? En effet, trop complexe pour beaucoup de patrons de TPE, il rebute ; il est dès lors peu réalisé, mal fait et pas utilisé.
Il suffit juste de convaincre les employeurs que les équipements de prévention et de sécurité favorisent la productivité de l’entreprise et que le retour sur investissement se fait assez vite.
Il paraît utile de leur proposer une approche plus pragmatique basée sur une identification des plus gros risques et d’engager une démarche de prévention à partir d’actions pertinentes, donc efficaces.
(publié le 23 mars 2018)