Maladies respiratoires chez les agriculteurs américains
Respiratory disease in United States farmers

J. Hoppin, D. Umbach, S. Long, J. Rinsky, P. Henneberger, P. Salo, D. Zeldin, S. London, M. Alavanja, A. Blair, L. Beane Freeman, D. Sandler Occupational and Environmental Medicine, 2014, vol 71, n°7, pages 484-491. Bibliographie.

Les agriculteurs peuvent présenter un risque accru de problèmes respiratoires comparativement à la population générale en raison de leur exposition régulière à des poussières, des animaux et à des produits chimiques. Toutefois, des expositions précoces à des agents microbiens peuvent entraîner un risque réduit. Comprendre le risque de maladies respiratoires chez les agriculteurs et identifier des différences dans cette population et les autres peut conduire à une meilleure compréhension de la contribution des expositions environnementales à des risques de maladies respiratoires dans la population générale.

Cette étude américaine compare la prévalence des évènements respiratoires auto-déclarés chez 43 548 participants de l’étude de santé agricole (AHS), une cohorte prospective d’agriculteurs et de leurs conjoints, de l’Iowa et la Caroline du Nord, avec les données des participants adultes dans l’étude nationale sur la nutrition (NHANES) sur la même période (2005-2010). Les participants de l’AHS ont des prévalences plus faibles de maladies respiratoires (asthme, asthme à l’âge adulte, bronchite chronique et emphysème), mais une prévalence plus élevée de symptômes respiratoires (respiration sifflante, toux, mucosités), même après ajustement sur le tabagisme, l’indice de masse corporelle et les caractéristiques de la population. La prévalence globale de l’asthme chez les participants de l’AHS (7,2 %, IC 95 % de 6,9 à 7,4) était à 52 % de celle des participants du NHANES (13,8 % ; IC 95 % de 13,3 à 14,3), bien que la prévalence de l’asthme à l’âge adulte chez les hommes ne soit pas différente (3,6 % pour les AHS ; 3,7 % chez les NHANES). Inversement, de nombreux symptômes respiratoires étaient plus fréquents chez les AHS que chez les NHANES, particulièrement chez les hommes.

Ces résultats suggèrent que les agriculteurs et leurs conjoints ont moins de risque de maladies respiratoires à l’âge adulte par rapport à la population générale, mais une irritation respiratoire potentiellement plus élevée, comme en témoigne l’augmentation des symptômes respiratoires.

(publié le 2 octobre 2014)