Repousser les tiques pour se protéger de la maladie de Lyme

Prevent Focus, 2015, juin-juillet-août, pp.12-15
Les tiques progressent en Europe probablement en raison du réchauffement climatique qui entraîne des hivers plus doux et une période d’activité des tiques plus longue.
Aux Pays-Bas, 9 000 morsures de tiques ont été signalées en 2013, dont 20% étaient infectées. 2% des personnes mordues ont contracté une maladie de Lyme.
Dans le cadre professionnel, les gestionnaires des espaces verts, les ouvriers forestiers sont les plus exposés.
La maladie est reconnue comme maladie professionnelle en Belgique (NDLR : en France aussi, en fonction des tableaux 19 du régime Général et 5 bis du régime Agricole).
Le meilleur moyen de s’en protéger est de porter des vêtements couvrants (pantalons longs et T-shirts à manches longues), une casquette et de rentrer le pantalon dans les chaussures.
Il existe depuis plusieurs années des vêtements anti-tiques imprégnés de perméthrine et leur efficacité a été démontrée à condition que tous les vêtements (parka, pantalons et T-shirts) soient imprégnés et le tissu garde un effet répulsif après plusieurs lavages.
Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), le produit s’il est appliqué correctement sur le textile n’a pas d’effet cancérogène sur le porteur (son absorption est de 5-6 µg/kg de masse corporelle, dose 5 fois inférieure à la dose journalière acceptable.)
Sachant que le risque de contamination augmente proportionnellement à la durée de contact avec la tique, la probabilité de contamination sera nettement plus importante après 24 heures, la personne exposée s’inspectera minutieusement après chaque journée de travail et enlèvera immédiatement les tiques avec une pince à tique, en se gardant bien de les écraser. Une douche chaude suffit déjà à éliminer la plupart des petites tiques. Mais toutes les tiques ne sont pas infectées.
Une surveillance du lieu de la morsure est importante jusqu’à 30 jours après l’accident, à la recherche d’une auréole rouge. Si elle apparaît ou si surviennent des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires ou articulaires et céphalées), il faut consulter un médecin pour un traitement antibiotique sans délai.
Une sensibilisation doit être faite auprès des travailleurs mais aussi des médecins. En effet, une maladie de Lyme non traitée au stade primaire peut évoluer dans les années qui suivent en une pathologie grave difficile à guérir.
(publié le 10 septembre 2015)