Les Led dans l’éclairage horticole : évaluation de l’exposition des salariés aux rayonnements ionisants

A.Barlier-Salsi Hygiène et Sécurité du travail, 2019, n°254, pp. 76-80. Bibliographie
La production de tomates hors saison impose d’utiliser un éclairage artificiel. En hiver, l’éclairage est permanent, donc en service pendant les heures de travail des salariés.
L’éclairage est assuré par des rampes de led (diodes électro-luminescentes), essentiellement rouges et de quelques led bleues ou blanches.
Afin de déterminer les niveaux d’exposition, l’INRS a effectué des tests sur les trois types de luminaires. La grandeur à déterminer pour évaluer le risque rétinien est la luminance énergétique efficace qui prend en compte la courbe d’action de la lumière bleue sur la rétine.
Les résultats sont conformes aux valeurs annoncées dans la notice du fabricant.
Les VLE ne sont jamais dépassées en ce qui concerne les dispositifs d’éclairage disposés aux niveaux intermédiaires. Seuls les dispositifs d’éclairage disposés en hauteur peuvent présenter des risques notamment en raison des led blanches mais surtout des led bleues dans certaines conditions d’exposition : distance inférieure à 60 cm pour une durée exposition supérieure à 10000 s. Le risque pour la rétine existerait si l’opérateur regardait fixement la source, ce qui n’est pas le cas dans cette situation, car la présence prédominante de led rouges non dangereuses mais très éblouissantes constitue en soi une autoprotection.
Le personnel dispose de lunettes de protection qui ont été testées et qui se sont révélées efficaces. Pour éviter l’éblouissement, certains opérateurs portent des casquettes ou des visières. L’utilisation de lunettes absorbantes serait dangereuse car ne permettant pas une vison correcte.
Des mesures de protection collective sont à envisager dont la mise en place de dispositifs d’extinction automatique par tronçon des rampes de led situées dans la zone d’intervention des opérateurs.
(publié le 10 juillet 2019)