Les métiers de la beauté

K. Delaval, G. Brasseur, C. Ravallec Travail et Sécurité, 2018, n°796, pp. 13-25

Le secteur de la beauté regroupe une grande variété de disciplines : coiffure, esthétique, manucure, prothèse ongulaire, tatouage.
Si certaines pourraient faire rêver, les risques sont bien réels : TMS (liés aux postures assises prolongées ou contraignantes), manipulation d’outils vibrants, allergies cutanées et respiratoires, expositions à des substances irritantes, cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR).
C’est ainsi que dans les salons de prothésistes ongulaires, près de 700 substances ont été identifiées dans la composition des produits utilisés dans 28 salons en 2017 et dont une soixantaine sont très préoccupantes pour la santé.
Le règlement européen régissant les cosmétiques interdit la présence de CMR dans les produits utilisés mais il existe certaines dérogations et la fiche de données de sécurité n’est pas obligatoire pour les produits cosmétiques, ce qui est regrettable ; d’autant qu’il s’agit de très petites entreprises qui ne savent pas toujours où trouver l’information ou dont la prévention des risques professionnels n’est pas la première priorité.

La prévention sera collective : information sur les risques, choix de produits cosmétiques moins nocifs, c’est-à-dire sans ammoniaque, sans formaldéhyde, des ventilations efficaces et notamment le captage à la source, un matériel ergonomique (équipements de travail réglables, éclairage d’appoint réglable en intensité et orientable, accessibilité du matériel pour éviter torsions ou mouvements inappropriés, choix de matériels les moins vibrants possibles), un matériel sécurisé (aiguille de tatouage rétractable), un entretien régulier des équipements, l’instauration de pauses régulières.
La protection sera individuelle : port de masque chirurgical pour se protéger des poussières d’ongles, gants à usage unique, fermeture des flacons et des poubelles car les produits sont volatils.

Le stress est monnaie courante dans ces métiers ; car la rentabilité est souvent exigée. Mais il existe des entités tournées vers la nature et il est fait mention d’un salon de coiffure pas comme les autres, où tout a été conçu pour apporter autant le bien-être aux clients qu’une bonne qualité de vie au travail pour les salariés.

Depuis quelques années, les services de santé au travail, les Carsat, les organisations professionnelles ont pris conscience des risques de ces métiers et proposent des actions préventives adaptées et efficaces.

(publié le 31 octobre 2018)