Prévention des risques professionnels dans le commerce non alimentaire

A. Févotte, B. Trouvet Références en Santé au Travail, 2018, n°153, pp. 41-55. Bibliographie et annexes

Il existe peu d’éléments concernant les risques professionnels dans les entreprises du CNDA (Commerce de détail non alimentaire). L’indice de fréquence des accidents du travail atteint 25,5 pour 1 000. En ce qui concerne les maladies professionnelles, prédominent largement les troubles musculo-squelettiques et à un moindre degré, les conséquences des risques psychosociaux.
Afin de prévenir ces troubles, une démarche pluridisciplinaire et proactive a été engagée entre la branche professionnelle du CNDA et un service de santé au travail.
Une évaluation des risques professionnels dans le CNDA a été faite à partir de 172 fiches d’entreprise et 69 études de postes réalisées par les médecins du service de santé au travail. Ces derniers ont alors formalisé avec l’ergonome, une fiche d’entreprise-type, spécifique avec priorisation des risques et conseils adaptés.
L’équipe pluridisciplinaire intervient régulièrement pour évaluer les risques et établir des plans d’action et de prévention efficaces.
Il a été proposé en outre aux petites entreprises un outil informatique d’aide à l’évaluation des risques professionnels (application OiRA développée par l’INRS). Cet outil est gratuit et utilisable de manière autonome par les employeurs et pour chaque risque, des mesures de prévention sont proposées ainsi que des informations complémentaires.
En complément, des fiches de solutions de prévention sont également disponibles sur le site de l’INRS.
Ces outils ont été évalués. Ils se sont révélés positifs pour les employeurs mais ces derniers expriment un besoin d’accompagnement pour évaluer plus finement les risques et en organiser le suivi.

Il existe donc des marges de progrès tant sur la forme de la fiche d’entreprise-type, que sur la nécessité de structurer la cellule pluridisciplinaire du service de santé au travail ou sur l’importance de former et d’informer les médecins du travail et les employeurs sur l’usage de l’outil informatique OiRA.
Des bilans d’évaluation devront être régulièrement menés par le groupe de travail.

(publié le 16 mai 2018)