Fumées de soudage : mieux se protéger

Prévention BTP, 2019, n°234, pp.40-42

Les activités de soudage et de brasage concernent un grand nombre de métiers du BTP.
Les fumées dégagées lors de ces activités renferment une multitude de substances irritantes, allergisantes, toxiques, riches en microparticules et en nanoparticules.
Elles sont responsables :

  • d’allergies respiratoires (asthme, rhinites et sinusites chroniques),
  • d’œdème laryngé ou pulmonaire,
  • de bronchite chronique, d’emphysème,
  • mais aussi d’une dépression du système immunitaire à l’origine d’une plus grande fréquence de pneumonies à pneumocoques,
  • d’atteintes pulmonaires liées à la présence d’un métal (sidérose, stannose, béryliose, fibrose pulmonaire),
  • de cancer broncho-pulmonaire,
  • d’effets reprotoxiques (oxydes de cérium).

Parmi les nanoparticules, l’aluminium et le manganèse sont les plus redoutées, susceptibles de provoquer respectivement des troubles cognitifs et des syndromes pseudo-parkinsoniens.

La prise de conscience des ces risques est récente chez cette branche professionnelle mais la prévention reste insuffisante.
La solution consiste à combiner plusieurs moyens de prévention : utilisation d’une technique moins émissive de fumées, aspiration à la source, captage des émissions, utilisation des EPI (équipements de protection individuelle), protection des personnes circulant dans les ateliers.

(publié le 22 janvier 2020)