Drive. Une course contre la montre

D. Vaudoux Travail et Sécurité, 2013, n°741, pp. 38-40
Le drive est un nouveau concept qui permet aux clients ayant fait leurs achats sur Internet de venir récupérer leurs courses en voiture.
Il existe actuellement plus de 2000 drives en France et 1 000 de plus pourraient voir le jour d’ici la fin de l’année.
Une fois le client arrivé à la borne (on en dénombre de 5 à 10 selon les magasins), le livreur doit lui apporter sa commande en moins de cinq minutes. Un tableau lumineux indique les commandes en cours, le délai d’attente du client, l’activité de chacun.
Le métier est physiquement exigeant. Le préparateur court tout le temps : il parcourt en moyenne 15 km par jour (avec des pointes à plus de 20 km). Il travaille dans une des trois zones (air ambiant, froid positif pour les produits frais et les légumes, froid négatif pour les surgelés) pendant une période de 2h environ et réunit les commandes lorsque le client arrive. Un livreur gère entre 50 et 400 commandes par jour et travaille en équipe (soit le matin, soit le soir, en alternance une semaine sur deux).
Des réflexions ergonomiques semblent menées : certains magasins s’équipent de racks dynamiques pour faciliter l’approvisionnement et la gestion des dates de conservation des produits. Afin de diminuer les contraintes posturales et les manutentions, les chariots font l’objet d’études.
Si pour l’instant, les salariés sont satisfaits de leur sort, les médecins du travail s’interrogent quant à leur avenir : quid des contraintes sur les articulations, des amplitudes posturales, des distances parcourues et des gestes répétitifs ?
(publié le 14 octobre 2013)