Adénocarcinome naso-sinusien après exposition au styrène dans l’industrie des plastiques renforcés
Sinonasal adenocarcinoma following styrene exposure in the reinforced plastics industry

M.S Nissen, Z.A Stokholm, M.S Christensen, V. Schlünssen, J.M Vestergaard, I.B Iversen, H.A Kolstad Occupational and Environmental Medicine, 2018, vol 75, n°6, pp. 412-414. Bibliographie.

L’adénocarcinome naso-sinusien est une maladie rare dont les causes et les facteurs de risque sont probablement rares en dehors de la forte association avec l’exposition professionnelle à la poussière de bois. Un haut niveau d’exposition au styrène est un cancérogène rare mais suspecté et cette étude danoise étudie la relation exposition-reponse entre cette exposition professionnelle au styrène et l’adénocarcinome naso-sinusien et d’autres sous-types.

Pour cela, 73 092 travailleurs exposés au styrène, de 1968 à 2011, ont été suivis et les cancers naso-sinusiens ont été identifiés dans le registre danois du cancer. Les auteurs ont modélisé l’exposition cumulative au styrène et les odds ratio estimés des taux d’incidence ont été calculés, en fonction de l’âge, du genre, du travail dans l’industrie de bois. Ainsi, pendant les 1 585 772 personnes-années de suivi, 9 cas d’adénocarcinomes ont été retrouvés correspondant à un OR multiplié par 5 mais non significatif pour l’exposition cumulative au styrène (exposition forte versus exposition faible) (OR = 5,11 ; IC 95 % de 0,85 à 45,12). Le risque accru se limitait à l’exposition reçue au cours des 15 dernières années. Les autres sous- types histologiques n’ont pas montré d’augmentation de risque.

Cette étude suggère un risque augmenté d’adénocarcinome naso-sinusien suite à une exposition au styrène. Les observations sont, cependant, peu fréquentes avec des facteurs de confusion avec l’exposition aux poussières de bois ne pouvant être exclus. Ainsi, des études supplémentaires sont nécessaires avant de tirer des conclusions.

(publié le 4 février 2019)