Effet des fumées de soudage sur le système cardio-vasculaire : une étude de suivi longitudinal sur 6 ans.
Effect of welding fumes on the cardiovascular system : a six-year longitudinal study

T. Taj, A. Gliga, M. Hedmer, K. Wahlberg, E. Assarsson, T. Lundh, H. Tinnerberg, M. Albin, K. Broberg Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2021, vol 47, n°2, pp. 52-61. Bibliographie.

Cette étude suédoise s’intéresse à l’association entre l’exposition faible à modérée aux fumées de soudage et ses effets néfastes sur le système cardio-vasculaire.

Un suivi longitudinal de 78 soudeurs d’acier doux et 96 cas contrôles a été réalisé ; ces sujets ont été examinés deux fois, à six ans d’intervalle (c’est-à-dire aux points temporels T1 et T2). Tous les sujets (hommes non-fumeurs au moment du recrutement) ont rempli des questionnaires sur leur santé, leurs antécédents professionnels et leur mode de vie. La tension artérielle, la fonction endothéliale (par EndoPAT) et les marqueurs de risque de maladie cardiovasculaire (LDL, homocystéine, CRP) ont été mesurés. L’exposition aux fumées de soudage a été évaluée à partir des réponses aux questionnaires et des mesures des poussières inhalées, ajustées sur l’utilisation d’un équipement de protection respiratoire.

Des modèles de régression linéaire mixte ont été utilisés pour l’analyse longitudinale.

Les concentrations médianes de poussières inhalées ajustées sur la protection respiratoire des soudeurs étaient de 0,7 mg/m³ (intervalle de 5 à 95 percentile ; de 0,2 à 4,2) et de 0,5 mg/m³ (de 0,1 à 1,9) à, respectivement, T1 et T2.
Au cours de la période de 6 ans, les soudeurs ont montré une augmentation statistiquement significative de la pression artérielle systolique
(5,11 mmHg ; IC 95 % de 1,92 à 8,31) et diastolique (3,12 mmHg ; IC 95 % de 0,74 à 5,5) par rapport aux témoins (modèles d’effets mixtes ajustés sur plusieurs variables). La pression artérielle diastolique a augmenté de manière non significative de 0,22 mmHg (IC 95 % de 0,02 à 0,45) avec chaque année supplémentaire de travail de soudage.

Aucune association cohérente n’a été trouvée entre l’exposition et la fonction endothéliale, le LDL, l’homocystéine ou la CRP.

L’exposition aux fumées de soudage à des niveaux faibles ou modérés est associée à une augmentation de la pression artérielle, ce qui suggère qu’une réduction de la limite des expositions professionnelles suédoises (2,5 mg/m³ pour les poussières inorganiques inhalées) est nécessaire afin de protéger la santé cardiovasculaire de ces travailleurs.

(publié le 9 mars 2021)