Association entre audition et conditions psychosociales de travail chez les musiciens de rock/jazz

K. Kähäri, M. Eklöf, L. Sandsjö, G. Zachau, C. Möller Médecine des Arts, 2008, n°64-65, p.50-59. Bibliographie.

Le stress a été identifié comme un problème chez les musiciens non classiques en raison de conditions de travail sans règle et sans frein, le fait de ne pas être accepté en tant qu’artistes légitimes, la mésentente conjugale et familiale ainsi qu’un style de vie fait de déplacements permanents. Parallèlement, les effets négatifs sur la santé dus à l’exposition à de hauts niveaux de bruit sont également un facteur de stress chez les musiciens et les troubles auditifs ne sont pas rares dans cette catégorie de personnes qui se plaignent de perte auditive, d’acouphènes, d’hyperacousie, de distorsion, de diplacousie*. "Les musiciens affectés peuvent dans la majorité des cas indiquer le moment exact de l’apparition des troubles auditifs, souvent associé à une période d’exposition excessive au bruit, une charge de travail importante ou une forme de stress émotionnel".
Afin de mesurer l’exposition psychosociale (exigences psychologiques, autonomie intellectuelle, influence sur les décisions et soutien social), à l’aide de méthodes normalisées, de comparer les résultats de ces musiciens de rock/jazz avec ceux d’employés de bureau et d’étudier les associations entre l’exposition psychosociale et l’humeur et les troubles auditifs chez ces dits musiciens, une étude transversale et exploratoire a été conduite auprès de 139 musiciens professionnels suédois et volontaires (43 femmes et 96 hommes) ayant au moins cinq ans d’ancienneté dans ce métier et interrogés par questionnaire sur leurs conditions psychosociales de travail et leur charge mentale. L’âge médian est de 35 ans chez les femmes et de 37 ans chez les hommes.
Les résultats montrent que les musiciens de rock/jazz rapportent un stress significativement plus faible que le groupe de référence des employés de bureau. L’influence des conditions de travail est positive et le travail consiste principalement en des tâches agréables.
"Chez les hommes, l’hyperacousie est associée à de plus grandes exigences psychologiques, une plus grande difficulté de relaxation après le travail, un plus grand stress pendant la préparation individuelle, un temps de sommeil insuffisant et un niveau sonore perçu plus élevé.
Chez les femmes, les acouphènes sont associés à une plus grande difficulté de relaxation après le travail et moins d’énergie pendant les représentations."
Cependant, aucune corrélation entre les paramètres psychosociaux et la perte auditive n’a été trouvée, à l’exception des hommes souffrant d’hyeracousie.

*définie comme un rapprochement pathologique de fréquence et hauteur qui peut provoquer une dissonance ou un changement soudain de hauteur en cas de changement d’intensité

(publié le 7 avril 2010)