La fonction auditive des professeurs de musique dans un conservatoire

S. Cordier-Moulonguet Médecine des Arts, 2008, n°64-65, p.26-33. Bibliographie
Afin d’apprécier si la musique classique joue un rôle dans l’altération de la fonction auditive, une étude par questionnaire a été réalisée auprès des 63 professeurs (29 hommes et 34 femmes) du conservatoire de musique d’une ville du Doubs, qui ont chacun bénéficié d’un audiogramme au cours de leur consultation annuelle. Parallèlement ils pouvaient répondre à un questionnaire portant sur des questions d’ordre général et des questions sur leurs conditions de travail. 40 professeurs ont répondu à ce questionnaire (22 femmes et 18 hommes). La moyenne d’âge est de 45 ans. Sur ces 40 professeurs, 28 participent à un orchestre : orchestre symphonique (19), musique de chambre (13), autre type d’orchestre (6). Un musicien peut faire partie de plusieurs orchestres.
Sur les 40 répondants, 9 seulement utilisent des protections auditives dont 5 sont satisfaits, 3 insatisfaits, et un mitigé.
Les symptômes rapportés sont la sensation de perte auditive (13), une douleur d’oreille (14), des acouphènes (21, temporaires dans 90% des cas), une hypersensibilité au son (21), une difficulté d’endormissement après le concert (21). Les premiers violons qui sont placés en avant de l’orchestre seraient protégés par rapport au risque d’hypersensibilité au bruit.
Les audiogrammes montrent qu’il existe de façon générale une baisse de la fonction auditive sur les hautes fréquences, à partir de 2000 Hz (et même de 1000 Hz pour les cuivres), qu’elle se majore à 4000 Hz et 6000 Hz chez les musiciens ayant une expérience musicale importante.
Si cette étude n’a pas noté de corrélation entre l’âge de début d’apprentissage de l’instrument et la perte auditive, il a été noté une corrélation entre l’âge de début de l’enseignement et la perte auditive à gauche à 8000 Hz. Une durée importante d’heures de pratique musicale (au moins 20 heures par semaine) serait un facteur de risque d’apparition de problèmes d’audition.
Il apparaît que les femmes résisteraient mieux au traumatisme sonore, témoin leur perte auditive moins importante que les hommes sur les fréquences 4000 et 8000 Hz.
Les pertes auditives ne seraient pas dues pour la plupart à l’âge, excepté à 4000 Hz pour l’oreille droite et à 500 Hz et 4000 Hz pour l’oreille gauche. mais seraient en lien avec le niveau sonore de leur pratique musicale.
Globalement, les cordes ont une meilleure audition que les autres instrumentistes dans les hautes fréquences (probablement du fait de leur instrument mais aussi de leur position avancée dans l’orchestre) et les bois ont une audition significativement moins bonne que les autres instrumentistes à droite sur les fréquences allant de 1000 à 8000 Hz et à gauche sur la fréquence 1000 Hz.
L’audition est moins lésée pendant les périodes de cours que lors du travail en orchestre.
La prévention doit recourir à des solutions individuelles et collectives, personnelles et organisationnelles. Le port des protections auditives adaptées est à conseiller d’autant que la majorité les utiliserait si on leur proposait et qu’elles pourraient de surcroît avoir une valeur pédagogique vis-à-vis des élèves.
(publié le 7 avril 2010)