Perdre du poids sans perdre la voix

M. Hutois Médecine des Arts, 2014, n°77, pp.4-11. Bibliographie
Un chanteur qui maigrit perd-il sa voix ?
Afin de stabiliser le son et le moduler, le chanteur contrôle son souffle en maintenant la position inspiratoire pendant l’émission sonore chantée. Deux forces opposées entrent en jeu : l’appui qui s’exerce principalement avec le diaphragme et le soutien qui s’effectue par l’action des muscles transverses et obliques de l’abdomen.
Un sujet obèse voit sa compliance respiratoire diminuée de 35% par rapport aux valeurs moyennes de référence (en lien avec les infiltrations adipeuses intra-thoraciques et avec l’augmentation de la pression thoraco-abdominale). Il devra donc exécuter un effort inspiratoire volontaire pour vaincre la résistance du parenchyme pulmonaire mais en revanche la présence des masses graisseuses renforcera passivement le retour élastique des tissus lors de l’expiration.
L’amaigrissement va modifier profondément la mécanique ventilatoire, entraînant une perte du rendement diaphragmatique, un déficit expiratoire, un affaiblissement de la résistance abdominale et une instabilité axiale du rachis. La voix manquera alors d’appui et de soutien.
Un artiste qui a appris à chanter alors qu’il était obèse devra parallèlement à sa perte de poids acquérir une nouvelle technique d’appui et de soutien du souffle et se muscler en conséquence.
Les chanteurs en cure d’amaigrissement doivent être accompagnés et entreprendre une rééducation visant à la récupération de la force et de la réactivité des muscles transverses et obliques de l’abdomen, au repositionnement fonctionnel du diaphragme et à la récupération de la fonction respiratoire, à l’apprentissage de la lutte vocale musculaire et à l’ancrage des automatismes par la répétition. Tout cela nécessite méticulosité, patience, courage et ténacité.
(publié le 8 janvier 2015)