Problèmes de santé et facteurs de risque chez les saxophonistes

S. Bihan Médecine des Arts, 2014, n°77, pp.16-25. Bibliographie

Les saxophonistes ont été recrutés via Internet pour participer à une étude par questionnaire sur les problèmes liés et non liés au jeu du saxophone et sur les conditions de pratique musicale. Les musiciens atteints de troubles musculosquelettiques (TMS) remplissaient un questionnaire complémentaire.
196 musiciens ont participé : d’âge moyen 36 ans et en majorité très expérimentés, pratiquant pour la moitié, plus de 12 heures par semaine et pour le quart plus de 21 heures par semaine.
Les saxophonistes se plaignent essentiellement du dos et du cou et cela représente plus de la moitié des plaintes. Le problème est bilatéral dans plus de la moitié des cas et est souvent de longue durée. Cela est probablement en lien avec le port du saxophone (qui est un instrument lourd) par une cordelière. Les facteurs de risque sont une pratique importante de l’instrument (plus de 20 heures par semaine), essentiellement du saxophone soprano ou ténor, surtout s’il est ancien. Le tabagisme est un facteur aggravant.
Les doigts sont aussi un site fréquemment mentionné, et les douleurs entraînent une gêne importante dans les gestes de la vie quotidienne.
S’ajoutent des problèmes ORL et dentaires (douleurs dues aux vibrations, fissures dentaires, problèmes d’occlusion et d’articulation temporomandibulaire, traumatismes des lèvres, troubles du voile du palais) mais aussi des surexpositions au bruit notamment chez les musiciens de "big band" (qui sont assis juste devant les trompettistes), mais aussi chez ceux qui jouent dans une cabine insonorisée pour éviter les problèmes de voisinage.
Il faut aussi évoquer la présence fréquente de candida albicans dans les becs, pourvoyeurs de toux chronique, d’asthme ou d’allergies ORL.

La prévention repose sur

  • l’élargissement de la pratique musicale (alterner entre l’alto, le ténor et le soprano, voire utiliser un saxophone électronique mais aussi pratiquer le piano, la guitare ou le chant),
  • l’allègement de l’instrument,
  • le remplacement de la cordelière fournie avec l’instrument par le harnais ou les bretelles,
  • l’utilisation de dispositifs ergonomiques pour rendre les positions plus physiologiques, voire la création de conceptions originales afin de remédier à des handicaps,
  • l’utilisation de pastilles "protège-dents",
  • le déroulement des répétitions dans des salles ne présentant pas une trop forte réverbération des sons,
  • le rôle du professeur, qui doit en plus des informations techniques faire passer des messages sur l’hygiène de vie,
  • enfin le sport, afin de développer une bonne musculature générale et du dos, mais aussi les capacités cardio-pulmonaires et la pratique des étirements avant et après le jeu.

Les saxophonistes ont pour habitude de beaucoup travailler et ont tendance à jouer malgré la survenue des TMS. Les douleurs sont souvent considérées comme "normales" par les musiciens et ils ont peu recours aux traitements.

(publié le 8 janvier 2015)