Troubles liés à la pratique des percussions à mains nues (djembé, congas, darbouka et tablas)

B. Ravera Médecine des Arts, 2013, n°75-76, pp.46-60. Bibliographie
Les percussions à mains nues interviennent dans la catégorie "world music" mais aussi dans des orchestrations de jazz, de rock ou de variétés. L’étude porte sur quatre instruments qui connaissent un engouement important : le djembé, les congas, la darbouka et les tablas. Leur point commun est un geste percussif réalisé directement par la main avec un travail de dissociation des doigts plus ou moins marqué en fonction de l’instrument.
L’observation des positions et des techniques de jeu et les réponses à un questionnaire de santé auprès de 57 percussionnistes professionnels masculins ayant une pratique intensive et utilisant plusieurs instruments ont permis d’évaluer les diverses atteintes des mains et/ou du membre supérieur chez ces musiciens.
Plus de la moitié de la population étudiée présente une ou plusieurs douleurs en cours de jeu (50,9%). La topographie de ces atteintes est fortement influencée par le type de percussion utilisé et touche l’épaule, le poignet, le coude, voire l’ensemble du membre supérieur ou le rachis lombaire.
S’y ajoutent des phénomènes d’arthrose de l’épaule, d’hyperlaxité mais aussi des douleurs osseuses pouvant évoquer des fractures de fatigue.
Des crampes diffuses ont été décrites survenant principalement au décours d’une activité intense et prolongée (dystonie de fonction).
Deux pathologies se détachent parmi ces percussionnistes : le syndrome de Raynaud et les pigmenturies en lien avec la puissance des frappes.
Les chocs de la main sur la peau des percussions engendrent des troubles cutanés (hyperkératinisation, crevasses, diminution de la sensibilité, œdèmes, hématomes). Le djembé semble être la percussion la plus violente pour la main avec des facteurs aggravants comme des peaux plus dures (peau de veau au lieu de peau de chèvre). Viennent ensuite les congas, puis la darbouka et les tablas.
"L’atténuation des troubles devra passer par une analyse du geste musical après d’un professeur de percussions afin d’améliorer la technique de frappe et obtenir le son recherché tout en diminuant la puissance d’attaque de la main sur la membrane".
(publié le 27 mars 2014)