Musicien d’orchestre : un métier à risque ?
Enquête dans les orchestres flamands

T. Dooms Médecine des Arts, 2018, n°85, pp. 4-13. Bibliographie
Une enquête par questionnaire a été menée auprès de 8 orchestres jouant de la musique classique, comptabilisant 391 musiciens professionnels. Les réponses reçues concernaient 91 musiciens et 65 musiciennes.
Cette étude a montré des différences selon le genre ; les femmes jouant surtout du violon et les hommes plutôt d’autres instruments.
Les hommes jouent plus d’heures dans la semaine et plus souvent dans un deuxième orchestre que les femmes. Une activité sportive est pratiquée par 55% de la population étudiée, un peu plus par les femmes que par les hommes.
Les musiciennes rapportent plus de problèmes de santé que leurs homologues masculins.
Les troubles musculosquelettiques, quel que soit le genre, sont les plaintes les plus souvent exprimées, et souvent plus par les les femmes qui souffrent plus de la ceinture scapulaire et les hommes de la région lombaire (en lien probablement avec l’instrument utilisé, une différence de masse musculaire ou une tendance à l’hyperlaxité chez les femmes, et des facteurs psychosociaux).
Viennent ensuite les gênes auditives, puis les céphalées, la fatigue, les insomnies et les irritations oculaires.
Les musiciennes disent éprouver plus de stress que les musiciens et sont les seules à exprimer des plaintes de dépression et burn out (en lien peut-être avec le jugement du public qui paraît plus tolérant pour les artistes masculins). Mais tous présentent lors de l’activé musicale professionnelle un stress significativement plus élevé que celui ressenti dans la vie privée.
Parmi les sujets qui se plaignent, 89% désignent le travail de musicien comme cause de problèmes de santé ; et pour 57%, les problèmes de santé entravent l’exercice de la profession et pour 14% d’entre eux nécessitent un arrêt maladie allant de 1 à 180 jours.
Cette étude confirme les risques professionnels mentionnés dans la littérature internationale concernant les musiciens d’orchestres.
La prévention doit être prioritairement axée sur les facteurs de risque, tant dans le domaine professionnel que dans les activités quotidiennes de la vie privée, et doivent concerner notamment la gestion du stress.
(publié le 10 août 2018)