La manutention manuelle des charges dans l’activité hôtelière : l’expérience de l’ASL de Milan
La movimentazione manuale dei carichi nel comparto alberghiero : l’esperienza della ASL di Milano

S Fontani, I Mercuri, R salicco, S Veratti, L Sorrentino La Medicina del Lavoro, 2010, vol 101, n°6, pages 437-445. Bibliographie.

Il y a plus de 400 hôtels à Milan avec une capacité d’accueil d’environ 62 000 lits et qui emploient plus de 10 000 travailleurs. En 2008-2009, le service de santé et de sécurité au travail de l’Agence Sanitaire Locale (ASL) de Milan a conduit une recherche dans l’industrie hôtelière pour vérifier le développement de son secteur commercial, également en vue de l’exposition internationale EXPO 2015.

Le but du projet était d’améliorer les conditions d’hygiène et de sécurité et de mettre en place des mesures préventives. Un but spécifique était d’étudier le risque engendré par la manutention manuelle de charges et les gestes répétitifs.

L’étude a impliqué 30 hôtels et 7 collaborateurs intérimaires. Les auteurs ont eu accès au Document Unique d’Evaluation des Risques, au Programme de Surveillance de la Santé et aux Registres des Accidents du Travail pour analyser la manutention manuelle de charges et les gestes répétitifs. Dans les investigations et les évaluations dans les hôtels, les auteurs ont utilisé les outils scientifiques actuellement disponibles - l’indice de soulèvement du NIOSH (LI), l’Analyse pousser et tirer, la check liste de l’OCRA à 21 items - pour étudier les risques liés à la manutention de charges et la surcharge mécanique du membre supérieur, qui a révélé un risque professionnel spécifique qui requiert une approche nouvelle pour la prévention et la sécurité dans l’ensemble du secteur professionnel.

Les résultats sont les suivants : femme de chambre : LI (allant de 0,57 à 2,75) ; actions de pousser et tirer (respectivement Fi 0,66 - Fm 1,5 et Fi 0,76 - Fm 1,33) ; check liste OCRA : 21. Porteur : LI (alant de 0,77 à 3,75). Personnel de maintenance : LI (allant de 0,57 à 2,75).

En conclusion, l’étude a mis en lumière la présence de risque dû à la manutention manuelle de charges et à des gestes répétitifs chez les porteurs, le personnel de maintenance et en particulier chez les femmes de chambre qui jusqu’à présent avaient été peu évaluées par des experts en prévention. L’analyse de l’information contenue dans les registres des accidents du travail suggère qu’un nombre significatif d’accidents peut être lié à des troubles musculosquelettiques qui touchent spécialement les personnels de nettoyage, de portage et de cuisine.

(publié le 6 juin 2011)